Post-Eire - Les 2 bâtons du train de ma vie.
Blog
 brevets logiciels   bush   femmes   Irlande   célibat   voyage   moment de vie   humour   loose   préparation d'expatriation   Prague   tristesse   bonheur   influence   ambition   Paris   souvenirs   cadeaux   cinéma   fin de vie étudiante   parfum   personnage   futur   mal du pays   amour   Red Box   romance de vie   anniversaire   grève   interview   télévision   Blogs Lyonnais   Freebox   Île de la réunion   fin d'expatriation   Irak   soirée   bus   retour d'expatriation   8 décembre   rugby   blogosphère   stage   musique   vacances   rupture    exs   monotonie   alcool   Erasmus   écriture   rapports humains   calendar   photos   Lyon   politique   Noël   langue anglaise   Médias   europe   travail   foot   optimisme   nostalgie   Madrid   paroles   post-synchro   famille   séduction   The Darkness   Matrix   enseignant   dos   constitution européenne   mon blog   #echoes   couple   passeport   self control   coeur d'expatriation   amphi   sexe   St Patrick   Le Mouv'   scolarité   liberté   sida   Dublin   geek 
<< suivants

Mardi 07 Fvrier

categories Les 2 bâtons du train de ma vie. [19h16] Les 2 bâtons du train de ma vie.

/images/loco.jpgCes derniers mois, je m'aperçois avec surprise que j'en viens à fêter beaucoup de 10ème et de 11ème anniversaires des débuts de mon adolescence. J'ai du mal à réaliser qu'il y a 11 ans, en plein milieu de ma quatrième, je commençais déjà à détester l'allemand que je venais tout juste de commencer, et que je débutais, sans le savoir, une amitié qui allait me construire tout au long de ce tumultueux périple qu'est l'adolescence. 11 ans bordel.

Mais au delà de ces anniversaires nostalgiques, lorsque je prends un peu de recul sur ces dernières années, je prends d'avantage conscience de ce que je savais sans doute déjà, sans avoir pu le mettre en relief : J'ai besoin de traverser la vie des gens.

Lorsqu'au hasard des rencontres, je trouve écho à mes propos ou mes élucubrations, je m'arrête. Je reste plusieurs mois à coté de la personne, m'abreuve avec passion de la richesse d'une vie, j'échange, j'argumente, je paraphrase, j'observe, je cherche ce qu'il y a à trouver au fond de l'écrin.

Puis, sans volonté aucune, je m'éloigne, comme un train qui quitte une gare, inéluctablement, sous la volonté du sifflet du contrôleur à quai. Je note alors consciensement dans un coin de ma personnalité cette rencontre qui, comme toutes les rencontres, me construit.

Mais mon train, me ramène toujours dans ces gares déjà traversées, parfois rapidement, parfois plusieurs années après. Mais c'est toujours avec la même sincérité que je retrouve ceux dont j'ai été éloigné.

Je ne sais pas si je pourrais être un jour rassasié de nouvelles personnalités à découvrir, mais je prends conscience de plus en plus de mon principal ennemi : L'exclusivité. Il n'y a pourtant aucun intérêt à monter dans le train avec moi. Il ne va nul part, et le contrôleur attend rarement les retardataires.

:: commentaires(6) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
10302 pages vues sur ce post.
Page gnre en 1.187 s s - 12 requtes SQL (1.057 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1