Post-Eire - Approche, je ne m'enfuirai pas.
Blog
 sida   humour   Irlande   enseignant   Lyon   paroles   #echoes   calendar   rapports humains   interview   photos    exs   famille   The Darkness   St Patrick   self control   coeur d'expatriation   scolarité   anniversaire   femmes   vacances   préparation d'expatriation   musique   foot   mal du pays   europe   blogosphère   rupture   célibat   stage   fin d'expatriation   optimisme   Île de la réunion   retour d'expatriation   personnage   Blogs Lyonnais   post-synchro   Matrix   alcool   écriture   grève   influence   loose   nostalgie   langue anglaise   liberté   souvenirs   télévision   tristesse   Le Mouv'   séduction   parfum   sexe   voyage   Freebox   Noël   constitution européenne   Prague   ambition   Paris   amphi   dos   moment de vie   brevets logiciels   soirée   geek   bus   politique   Madrid   cinéma   amour   8 décembre   rugby   Dublin   Red Box   Irak   mon blog   bush   fin de vie étudiante   cadeaux   bonheur   passeport   monotonie   futur   travail   romance de vie   Erasmus   Médias   couple 
<< suivants

Vendredi 14 Octobre

categories Approche, je ne m'enfuirai pas. [11h16] Approche, je ne m'enfuirai pas.

/images/flirt.pngComme prévu, il est un peu en retard. Juste quelques minutes, parce qu'il ne voulait pas qu'elle attende trop longtemps, mais il ne voulait pas non plus montrer qu'il n'avait rien d'autre à faire de sa journée.

Il la reconnaît tout de suite. Elle a changé, elle s'est coupée les cheveux, mais elle est toujours aussi belle. Il s'approche, elle lui sourit. Il guette tous les signes qui pourraient trahir ses impressions: il la trouve sincère, elle n'a pas l'air de cacher une quelconque déception.

Elle se lève, le sourire toujours imprimé sur son visage, elle se penche vers lui, tend sa joue, tout en approchant la main vers son épaule. Bises. Premier contact. Elle sent bon. Sa main traîne un peu sur son épaule et glisse le long de son bras. Détail qui ne trompe pas. Il frissonne.

Il s'assoit, s'excuse par politesse et lui demande comment elle trouve le restaurant. Il a choisit, elle ne connaissait pas, elle aime bien. Il sourit.

S'en suivent diverses conversations anodines entrecoupées par les interventions du serveur. Il fait tout pour aiguiller les discussions vers le seul sujet qui l'intéresse : Est-elle célibataire ? Il essaye de trouver des indices dans son discours, mais il ne trouve rien de bien concluant, juste quelques signes par-ci par-là. Il se jette à l'eau. Elle est toute seule, "pour le moment" précise t-elle. Il lui confirme tout autant son célibat non-désespéré. Il se trouve bête, quelle idée d'avoir posé cette question, pourquoi serait-elle là ce soir s'il en avait été autrement ?

Les bases sont claires dorénavant, le coin du voile tombe, ils se mettent à parler d'eux, d'avant. Ils partagent leurs souvenirs, elle se souvient de choses qu'il avait oubliées, il sourit, les souvenirs se font alors plus précis, plus intimes. Malaise.

L'alcool aidant, il commence à sentir une légère excitation. Son parfum, son sourire, son charme, ces souvenirs partagés, il a envie d'elle. Il approche nonchalamment sa main de la sienne. Contact. Accélération cardiaque. Elle continue de parler. Il caresse alors imperceptiblement le dos de sa main. Poussée d'adrénaline. Elle lui sourit. Elle prend sa main dans la sienne. Addition.

Ils sont dans la rue, il parle, elle le regarde avec envie. Milieu de phrase, elle le plaque contre la vitrine et l'embrasse. Elle se recule, elle sourit. "Tu viens boire un verre à la maison ?", dit-il avec une fausse naïveté.

A peine arrivés, ils ne prennent pas le temps de boire un verre, ils sont déjà nus dans son lit. C'est bien le problème avec les exs, on connaît l'autre par coeur, on connaît ses réactions, les automatismes reviennent très vite, on ne se pose pas de question. A la différence d'une histoire neuve, pas de paliers, pas de découverte de l'autre, les étapes s'enchaînent avec une régularité qui le surprend lui même.

C'était bon, elle est toujours aussi belle et toujours aussi douée. Il s'allonge, elle se blottit contre son épaule. Malaise. Et maintenant ?

:: commentaires(2) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
11272 pages vues sur ce post.
Page gnre en 0.755 s s - 12 requtes SQL (0.64 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1