Post-Eire - Port-Crouesty et Nono.
Blog
 alcool   télévision   passeport   photos   Matrix   grève   Erasmus   romance de vie   self control   travail   enseignant   bush   sida   brevets logiciels   célibat   vacances   ambition   loose   Red Box   couple   voyage   post-synchro   bus   préparation d'expatriation   soirée   femmes   Irlande   mal du pays   anniversaire   Irak   séduction   Prague   rupture   langue anglaise   Dublin   constitution européenne   stage   calendar   mon blog   musique   personnage   nostalgie   blogosphère   famille   amour   retour d'expatriation   optimisme   monotonie   dos   moment de vie   Paris   liberté   fin de vie étudiante   Blogs Lyonnais   Lyon   humour   sexe   Noël   rugby   St Patrick   amphi   geek   fin d'expatriation   bonheur   cadeaux   Le Mouv'   écriture   souvenirs   paroles   8 décembre   politique   interview   Madrid    exs   europe   The Darkness   cinéma   coeur d'expatriation   Île de la réunion   parfum   Freebox   influence   Médias   scolarité   tristesse   rapports humains   futur   foot   #echoes 
<< suivants

Mercredi 05 Mai

categories Port-Crouesty et Nono. [23h43] Port-Crouesty et Nono.

/images/feu_plage.pngL'air iodé de la côte irlandaise de ce week-end a fait ressurgir en moi une rafale de souvenirs.

De 1995 à 2000 j'ai passé 5 étés en Bretagne, sur la presqu'île de Ruys, à Port Crouesty. Petit port touristique, enclavé entre un port de plaisance et une plage immense, j'y ai laissé le meilleur de mon adolescence.

Les clubs d'ados où mes parents m'inscrivaient, me permettaient de tisser rapidement des liens avec une poignée de jeunes vacanciers nouvellement arrivés et déjà brûlés par le soleil. Puis, de jours en jours, la petite troupe s'agrandissait. Au fil des ans, on y retrouvait des visages, des amitiés.

Les après-midis se résumaient à un rendez-vous tardif au Magic-Rock, sur la place centrale. S'en suivaient quelques heures sur la plage, à la piscine ou étendus sur la pelouse à feuilleter FHM, à jouer aux cartes et au diabolo, ou à chanter autour des guitares apportées pour l'occasion.

Les soirées étaient plus arrosées, elles débutaient souvent par une halte à la soirée disco du village-vacances, où les parents en short et pull sur les épaules surveillaient leur progéniture tout en gardant un oeil méfiant sur les "grands" qui se secouaient un peu trop à leurs goûts. Puis on se dirigeait sur la plage, on creusait un trou, on regroupait quelques morceaux de bois pour faire un feu, on apportait bières, djembés et guitares, et on passait la soirée à refaire le monde.

La rangée de catamarans alignés plus loin, étaient autant de lits pour les couples éphémères tant les toiles tendues entre les flotteurs étaient confortables. La nuit se prolongeait ainsi, bercé par le bruit de la mer, le cliquetis des cordes sur les mâts et les étoiles, le tout aidé par l'alcool et l'insousciance de l'adolescence.

Lors de mon dernier séjour là-bas j'ai compris que j'approchais la fin d'une ére. Le lieu avait changé, les gens avaient vieilli, il ne fallait pas s'acharner. Je suis retourné une dernière fois sur la plage, j'ai ramassé un galet et je suis rentré chez moi, la mort dans l'âme mais conscient qu'il fallait passer à autre chose. Pourtant je n'oublierai jamais Aurélia, Ponpon, Phil', Jessyca, et tous les autres. Je sais que je ne revivrai jamais cette vie, mais c'est en partie cette vie qui m'a construit et sans laquelle je ne serais sans doute pas le même aujourd'hui.

:: commentaires(6) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
9202 pages vues sur ce post.
Page gnre en 0.427 s s - 12 requtes SQL (0.332 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1