Post-Eire - Un peu trop d'imagination surgie du passé.
Blog
 monotonie   travail   langue anglaise   loose   bus   fin de vie étudiante   coeur d'expatriation   mal du pays   vacances   self control   Madrid   Matrix    exs   télévision   souvenirs   amphi   bush   famille   optimisme   Blogs Lyonnais   humour   couple   futur   photos   Île de la réunion   liberté   politique   femmes   soirée   Le Mouv'   sida   calendar   musique   cinéma   constitution européenne   Freebox   enseignant   Red Box   ambition   Médias   personnage   parfum   8 décembre   #echoes   bonheur   nostalgie   Dublin   Noël   anniversaire   cadeaux   fin d'expatriation   St Patrick   The Darkness   interview   rupture   stage   préparation d'expatriation   Erasmus   rapports humains   séduction   paroles   moment de vie   foot   Lyon   europe   Prague   tristesse   influence   amour   Irlande   rugby   célibat   geek   Irak   Paris   brevets logiciels   sexe   dos   grève   alcool   romance de vie   scolarité   mon blog   passeport   écriture   voyage   post-synchro   retour d'expatriation   blogosphère 
<< suivants

Vendredi 23 Avril

categories Un peu trop d'imagination surgie du passé. [11h44] Un peu trop d'imagination surgie du passé.

/images/neon.gifBientôt plus d'une heure que l'on discute. Ses grands yeux noirs m'envoûtent. Elle me raconte sa vie, ses histoires de coeur, ses angoisses. Elle a besoin de parler, et un inconnu comme moi semble parfait pour ce genre de thérapie.
Sa cinquième bouteille de Smirnoff Ice semble faire de l'effet, elle commence à rire et son regard se perd dans les brumes d'alcool.

Machinalement et pour me donner une consistance, je joue avec un paquet de Camel posé sur la table. Elle pose sa main près de la mienne et me frôle imperceptiblement, mais suffisamment pour déclencher un frisson tout le long de mon bras et pour tripler ma pulsation cardiaque.
Elle n'a pas encore parlé d'un éventuel copain qui partageait sa vie, elle n'a pas non plus explicité un quelconque célibat. Un signe qui ne trompe pas, la psychologie typique de la fille ne voulant décourager personne : soit elle a quelqu'un et elle a envie de laisser l'espoir, par curiosité ou par envie; soit elle n'a personne mais ne veut pas passer pour une désespérée. Dans tous les cas, elle ne semble pas avoir envie d'en rester là.

Tout en continuant de parler, son index caresse maintenant discrètement ma main, et un très léger sourire apparait sur son visage. Je sent alors sa jambe se rapprocher doucement de la mienne, elle entreprend alors un distrait mouvement de haut en bas. Au travers du frottement avec mon jean, je devine son collant et me rappelle alors la jupe mi-longue qu'elle portait en arrivant.

Personne autour de nous semble voir se qu'il se passe. Je décide donc de prendre les choses en main et je m'approche de son oreille, utilisant ma main pour en écarter le rideau de cheveux qui la protégeait. Mon mouvement se prolonge sur sa nuque et son parfum exalte alors, déclenchant une rafale d'images qui me bombarde l'esprit : Je nous vois en train de nous embrasser au pied d'un lampadaire, je la vois en train de courir en talons dans une rue déserte et pavée, ses clés et son sac dans une main, moi de l'autre. Je nous vois debout, l'un contre l'autre, elle adossée contre sa porte d'entrée, et moi, ma main sur sa cuisse remontée. Je nous vois allongés sur son lit, en train de retirer frénétiquement nos vêtements, je la vois dégrafer son soutien gorge laissant apparaîtrait deux seins légèrement excentrés et discrets, mais magnifiques. Je me vois perdu dans son entre-jambe croisant son regard remplit de plaisir. Je nous vois en train de faire l'amour, éclairés uniquement par une lumière bleue et tamisée, diffusée par le néon de l'hôtel bon marché du trottoir d'en face. ..

Juste avant de commencer à parler, je m'aperçois que la fille de ces images stéréotypées n'est pas la fille assise en face de moi. Non. Cette dernière me dégoûte, l'autre m'envoûte. Le visage que je carresse, les lèvres que j'embrasse et la peau que je goûte ne peuvent appartenir qu'à une seule personne, et il est trop tard pour la rejoindre.

- "Désolé, je dois y aller".

Je sens sa moue vexée derrière mon dos. Plus de métro je rentre à pied.

:: commentaires(6) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
9845 pages vues sur ce post.
Page gnre en 0.439 s s - 12 requtes SQL (0.346 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1