Post-Eire - Grunge is dead.
Blog
 travail   fin d'expatriation   monotonie   souvenirs   Irak   8 décembre   tristesse   écriture   alcool   brevets logiciels   loose   Médias   St Patrick   self control   voyage   Paris   sida   passeport   anniversaire   liberté   Freebox   parfum   rapports humains   Irlande   paroles   femmes   bonheur   amour   Erasmus   grève   sexe   langue anglaise   couple   interview   mon blog   politique   séduction   bush   Blogs Lyonnais   photos   constitution européenne   stage   célibat   famille   retour d'expatriation   fin de vie étudiante   scolarité   coeur d'expatriation   télévision   Le Mouv'   musique   romance de vie   influence   post-synchro   soirée   cadeaux   Matrix   mal du pays   optimisme   Lyon   #echoes   futur   rugby   Red Box   cinéma   enseignant   personnage   Prague   amphi   Noël   rupture   Dublin   dos   vacances   moment de vie   préparation d'expatriation   humour   blogosphère   Madrid   geek   bus    exs   calendar   foot   The Darkness   nostalgie   europe   Île de la réunion   ambition 
<< suivants

Lundi 05 Avril

categories Grunge is dead. [14h33] Grunge is dead.

/images/slam.pngC'était moins de 2 semaines avant mes 13 ans : le 05 Avril 1994, mais on ne l'a appris que 3 jours plus tard. C'est mon père qui m'avait prévenu : "Tiens, y'a encore un de tes chanteurs drogués qui est mort aujourd'hui".

Bien sûr, j'avais un peu protesté face à une telle phrase provocatrice, par principe. Mais dans le fond il n'avait pas tort mon père. A l'époque pour moi, ce n'était qu'un chanteur de plus. Pour mon frère, âgé à l'époque de 18 ans, c'était déjà beaucoup plus. Pas étonnant vu que l'intégralité de ma culture musicale de l'époque passait par lui. On avait bien évidemment "Nevermind" et "In Utero" à la maison, et j'avais même copié "Rape Me" et "Smell Like Spirit" sur ma cassette BestOf à mettre dans mon Walkman quand j'allais au collège.

Mais tout de même, je le situais bien Kurt. Sa musique faisait partie de mes premiers pogos, lorsque c'était le moment des 4 morceaux rock violents lors des soirées dansantes de l'été. Y'avait aussi 'The Clash' et 'Lenny Kravitz' pour l'accompagner.

Par la suite, il est devenu une légende, un impressionnant phénomène de mode. Je me souviens de ces gamines de 14 ans qui s'étaient tuées, plusieurs années plus tard. Elles avaient à peine 10 lorsqu'il est mort.

Aujourd'hui nul ne semble contester son talent et son influence sur le rock. Nul doute qu'il sera un noeud très important dans l'arbre généalogique du rock. Mais tout ceci aurait-il pris les mêmes proportions s'il n'avait pas appuyé sur la détente il y a 10 ans ? Sa mort n'a-t-elle pas transformé un simple acteur de la scène rock en une légende incontournable ? Claude François ne serait-il pas un artiste démodé et ridiculisé s'il n'avait pas tenté de remettre cette foutue applique d'ampoule de salle de bains ?

:: commentaires(11) ::
précédents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
21008 pages vues sur ce post.
Page générée en 0.394 s s - 12 requêtes SQL (0.274 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1