Post-Eire - Réveil dans une petite chambre universitaire, quelque part dans Dublin.
Blog
 Médias   futur   famille   influence   nostalgie   brevets logiciels   Dublin   optimisme   photos   langue anglaise   mal du pays   couple   grève   constitution européenne   stage   geek   écriture   Irlande   bus   bonheur   vacances   rugby   post-synchro   parfum   Prague   self control   St Patrick   Paris   amphi   voyage   retour d'expatriation   amour   travail   rupture   europe   Lyon   The Darkness   passeport   Red Box   liberté   monotonie   Freebox   célibat   femmes   Irak   ambition   personnage   scolarité   sida   sexe   fin de vie étudiante   humour   blogosphère   cadeaux   foot   paroles   enseignant   dos   télévision   interview   8 décembre   Madrid    exs   Le Mouv'   #echoes   alcool   anniversaire   Matrix   calendar   souvenirs   romance de vie   mon blog   Erasmus   moment de vie   rapports humains   séduction   soirée   musique   Île de la réunion   coeur d'expatriation   cinéma   tristesse   Noël   préparation d'expatriation   Blogs Lyonnais   bush   fin d'expatriation   politique   loose 
<< suivants

Dimanche 28 Mars

categories Réveil dans une petite chambre universitaire, quelque part dans Dublin. [17h03] Réveil dans une petite chambre universitaire, quelque part dans Dublin.

/images/freedom.jpgProfiter de sa jeunesse. Profiter pour ne rien regretter. Voilà ce qu'on entend au gré des conversations d'Erasmus. "Profiter". Ce verbe est brandi tel une excuse toute trouvée à tous les excès.

Il peut être encore plus vrai pour ceux qui clôturent définitivement leur scolarité. Mais comment ne pas être tenté ? Comment ne pas être enivré par cette liberté qui s'offre à tous ceux qui ont décidé de tout quitter l'espace d'une année ? Une remise des compteurs à zéro : Débarquer dans une ville inconnue avec personne pour vous juger, personne pour connaitre votre passé. Tout à refaire, tout à gagner. Vous devenez le seul juge de votre vie, porté par vos envies, en oubliant tout.

Quelle ivresse, quelle tentation.

C'est vrai, c'est beau et je ne regrette rien.

Attention cependant à ne pas tirer un trait sur un passé, sur des gens restés là bas. Ceux qui vous connaissent, ceux qui vous aiment, peut-être aussi ceux qui vous jugent, mais ceux qui comptent. Ceux que j'aime.

Vous me manquez tous...

J-10.

:: commentaire(1) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
8631 pages vues sur ce post.
Page gnre en 0.506 s s - 12 requtes SQL (0.391 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1