Post-Eire - Facile mais trop tentant.
Blog
 tristesse   amphi   Freebox   bonheur   retour d'expatriation   Irak   self control   Madrid   #echoes   Le Mouv'   cadeaux   Noël   influence   politique   dos   musique   rupture   geek   langue anglaise   sexe   paroles   Dublin   Paris   anniversaire   humour   foot   rapports humains   blogosphère   amour   Red Box   couple   photos   fin de vie étudiante   alcool   rugby   europe   Irlande   souvenirs   bus   Erasmus   Blogs Lyonnais   personnage   Médias   préparation d'expatriation   séduction    exs   calendar   Prague   voyage   brevets logiciels   Île de la réunion   bush   famille   travail   romance de vie   constitution européenne   futur   8 décembre   enseignant   loose   cinéma   télévision   interview   passeport   mal du pays   coeur d'expatriation   post-synchro   Matrix   ambition   écriture   grève   scolarité   fin d'expatriation   mon blog   liberté   stage   St Patrick   nostalgie   Lyon   monotonie   moment de vie   vacances   célibat   femmes   sida   parfum   optimisme   soirée   The Darkness 
<< suivants

Jeudi 18 Mars

categories Facile mais trop tentant. [17h41] Facile mais trop tentant.

/images/perdu.jpgIl est à genoux. Il pleure. Il ne sait pas vraiment ce qu'il fait ici, il a longtemps hésité. Tout lui parait si irréaliste maintenant, si artificiel par rapport à ce qu'il a vécu.

Mais on l'a poussé. Oui. Pourtant, Dieu seul sait comme il n'est pas d'un caractère influençable. Ho non. Mais ses amis ont été si présents pendant ces dernières années, qu'il a décidé de leur faire confiance. A eux.

Il s'était pourtant promis de ne pas craquer, jusqu'au dernier moment il a cru qu'il pourrait tenir, mais à la minute où tout s'est éclairé il s'est effondré. Trop d'émotion, trop longtemps, tant de chemin parcouru depuis...

Tout ceci a remué tant de choses depuis ces dernières semaines. Tant de polémiques, tant de conneries proférées.

Il commence tout doucement à reprendre conscience de son environnement. Depuis combien de temps il est là, à genoux, il n'en sait rien. Au fur et à mesure que le vacarme ambiant l'envahit, il se dégoute. Il se voit glorifié de cette manière, valorisé alors qu'il sait qu'il ne le mérite pas. Il a envie de fuir, de partir se cacher, se terrer.

Il se retourne. Ils sont là, ils l'attendent, ils le regardent. Puis vint le déclic. Il s'oublie l'espace d'un instant. Il a payé sa dette maintenant, même s'il se dégoutera jusqu'à la fin de ses jours, sa thérapie c'est la musique. Sa vie c'est la musique.

Serge semble avoir compris, il commence. Denis le suit. Un frisson parcourt les 55 000 personnes du Stade de France...

:: commentaire(1) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
7688 pages vues sur ce post.
Page gnre en 0.467 s s - 12 requtes SQL (0.367 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1