Post-Eire - Générations sacrifiées
Blog
 mal du pays   geek    exs   Red Box   sida   Lyon   cadeaux   loose   amour   Irlande   coeur d'expatriation   foot   musique   Le Mouv'   couple   scolarité   monotonie   Matrix   self control   préparation d'expatriation   Noël   séduction   vacances   ambition   langue anglaise   nostalgie   post-synchro   Erasmus   passeport   St Patrick   humour   célibat   télévision   #echoes   anniversaire   moment de vie   Paris   Prague   Irak   Île de la réunion   constitution européenne   futur   voyage   écriture   romance de vie   calendar   amphi   personnage   photos   brevets logiciels   tristesse   famille   Médias   rugby   soirée   Madrid   bus   blogosphère   Blogs Lyonnais   sexe   liberté   mon blog   Freebox   dos   The Darkness   retour d'expatriation   grève   interview   bush   Dublin   stage   parfum   fin d'expatriation   fin de vie étudiante   travail   8 décembre   bonheur   paroles   influence   optimisme   rupture   alcool   enseignant   femmes   europe   rapports humains   politique   cinéma   souvenirs 
<< suivants

Mardi 28 Octobre

categories Générations sacrifiées [12h56] Générations sacrifiées

/images/ira.jpgSamedi, journée à Belfast. Le temps n'a rien arrangé à la tristesse du lieu, mais c'est réelement une ville qui vous prend aux tripes.

A première vue, le centre n'a rien de très original, grande rue piétonne et commerciale, monuments historiques (en l'occurence la mairie), touristes et citadins qui marchent dans tous les sens.

Puis les guides touristiques nous indiquent le nord... le nord-ouest. Là où quartiers catholiques et protestants sont séparés par la "Peace Line". Grillage de 15 mètres de haut, herissé de piques et de barbelés qui ne respire malheureusement rien qui puisse faire penser à la paix. Mémoriaux, à la gloire des membres des milices de quartiers, tombés lors des combats de rues (la plupart ont entre 17 et 23 ans), fresques de propagande, de haine, ou à vertue historique. Certaines relatent des faits sanglants qui ont eu lieu quelques années plus tôt dans la rue même où elles sont érigées, sensations assez troublante de marcher ainsi au coeur de ces quartiers...

Les maisons sont tristes et angoissantes, un silence lourd stagne dans les rues, l'architecture est inexistante ou tellement archaïque qu'elle en devient effrayante. Bref, le conflit qui est heureusement en sommeil depuis quelques années, est toujours ancrés dans les murs de la ville.

Les seules notes positives, sont ces portes blindées, percant la Peace Line, restées ouvertes depuis plusieurs années...

Espérons qu'elles ne se refermeront jamais et que la bêtise humaine n'aura plus qu'à s'exprimer modérément dans cette région...

[A voir : Gallery Post-Gazette]


[28/10 19h06] Chris :

I can't believe the news today
I can't close my eyes and make it go away
How long, how long must we sing this song?
How long?

Tonight we can be as one, tonight
Broken bottles under children's feet
Bodies strewn across a dead end street
But I won't heed the battle call
It puts my back up, puts my back up against the wall

...


Pseudo :
Email : (N'apparaitra pas sur le site)
Web :http:// 
Commentaire :
CAPTCHA Image
 = (en lettres, sans espaces, mais avec tiret -)
Se souvenir de moi :
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
7330 pages vues sur ce post.
Page gnre en 0.441 s s - 13 requtes SQL (0.345 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1