Post-Eire - Et pourtant...
Blog
 liberté   mal du pays   ambition   langue anglaise   cadeaux   politique   blogosphère   retour d'expatriation   parfum   vacances   Paris   enseignant   optimisme   humour    exs   cinéma   anniversaire   rugby   amour   bus   post-synchro   Madrid   brevets logiciels   couple   Matrix   #echoes   moment de vie   europe   sida   musique   écriture   Prague   influence   femmes   travail   Médias   fin de vie étudiante   soirée   interview   St Patrick   célibat   Irak   séduction   calendar   télévision   alcool   paroles   futur   self control   rapports humains   The Darkness   bush   stage   romance de vie   fin d'expatriation   coeur d'expatriation   nostalgie   famille   dos   amphi   Erasmus   geek   photos   tristesse   foot   rupture   souvenirs   personnage   mon blog   loose   Red Box   passeport   préparation d'expatriation   sexe   Irlande   Île de la réunion   Blogs Lyonnais   bonheur   grève   Freebox   Le Mouv'   Dublin   Lyon   8 décembre   voyage   constitution européenne   Noël   monotonie   scolarité 
<< suivants

Mardi 14 Octobre

categories Et pourtant... [12h43] Et pourtant...

J'attends. Il fait nuit depuis quelques heures, et la rue est vide. Je m'adosse contre un lampadaire qui borde la route.

Je n'attends personne, je n'ai juste pas l'envie de rentrer chez moi. Le vent souffle un peu, mais ce n'est pas désagréable.

Je repense à toutes ces choses qui perturbent mes jours et mes nuits depuis quelques temps. Je tente de les remettre dans un ordre raisonnable et reposant pour ma conscience...


Je ne sais pas depuis combien de temps je suis là, mais j'entends des éclats de voix au loin. Une petite troupe d'irlandaises vient dans ma direction. Arrivées à ma hauteur, elles me devisagent en baragouinant quelques mots d'argots, certainement surprises de voir un être humain dont le taux d'alcool dans le sang lui permet de rester encore stoïque.

Elles s'en vont, et j'en profite pour faire les 50 derniers mètres en direction de mon appartement. Killian ne dort pas encore, il regarde un "stupid movie" comme il dit. On discute quelques minutes, il est vraiment sympa ce type. Surpris de voir que sous ses allures de grand bourru sportif, il n'en reste pas moins un grand sentimental.

Je vais me coucher. Mon lit pourtant pas très grand me semble vide. Aucune chaleur humaine, aucun parfum, aucune douceur ne vient m'envahir lorsque je me glisse sous la couette.

Je m'endors pourtant, les idées pleines de vie, et le coeur remplit...

:: commentaire(0) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
6773 pages vues sur ce post.
Page gnre en 0.488 s s - 12 requtes SQL (0.397 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1