Post-Eire - Apologie d'un périple
Blog
 préparation d'expatriation   langue anglaise   stage   scolarité   vacances   interview   famille   mal du pays   travail   écriture   personnage   #echoes   8 décembre   futur   fin d'expatriation   coeur d'expatriation   Île de la réunion   Noël   enseignant   self control   télévision   bonheur   sexe   amour   femmes   fin de vie étudiante   Red Box   musique   politique   Matrix   blogosphère   liberté   humour   monotonie   souvenirs   séduction   foot   calendar   soirée   retour d'expatriation   Erasmus   optimisme   mon blog   Paris   romance de vie   influence   europe   Prague   tristesse   loose   dos   Blogs Lyonnais   Lyon   geek   constitution européenne   couple   rugby   anniversaire   célibat   rupture   bus   nostalgie   post-synchro   Dublin   amphi   ambition   cinéma    exs   bush   Le Mouv'   voyage   Irak   cadeaux   Médias   Irlande   alcool   photos   St Patrick   sida   rapports humains   parfum   moment de vie   Madrid   Freebox   brevets logiciels   paroles   passeport   grève   The Darkness 
<< suivants

Mercredi 08 Octobre

categories Apologie d'un périple [00h17] Apologie d'un périple

/images/choice.jpgJe pense qu'il est temps pour moi de prendre un peu de recul sur ce qui m'arrive en ce moment.

Je suis rentré dans l'école où je suis toujours officiellement affilié, j'ai nommé l'INSA de Lyon il a maintenant plus de 2 ans. Au début rien ne me préparait à un séjour à l'étranger, je ne me sentais pas partir seul à l'aventure dans un pays dont je ne parlais pas la langue. Je me satisfaisais de ma petite vie Villeurbannaise.

Je serais incapable de définir ce qui a déclenché tout cela, en me relisant, je dirais que tout s'est décidé l'été dernier (2002). L'idée avait germé dans ma tête, mon anglais catastrophique me pesait et le film l'auberge espagnole a aussi eu son rôle.

En y repensant, une phrase m'a motivé pendant toutes ces démarches. Celle du responsable des départs à l'étranger de mon école :

"Depuis plus de 15 ans, j'ai envoyé des centaines et des centaines d'étudiants à l'étranger. Je n'ai jamais connu un seul étudiant qui avait regretté d'être parti."

Je me suis dit, qu'il devait quand même y avoir des cas, des gars qui parlaient un anglais encore pire que le mien (Si si, ça existe). Alors si ces personnes n'ont pas regretté, pourquoi moi ?

Il faut tout de même se dire que jamais de ma vie je n'aurai de telles conditions pour partir : J'ai le status d'étudiant, qui me permet d'avoir la bourse, d'avoir un logement sur place, de participer à la vie étudiante et aux soirées, et de rester un an ici, sans penser à l'année de salaire que je perd en cas d'année sabbatique pré-études. Bref, j'ai vraiment plus à perdre en restant le cul sur ma chaise qu'en partant.

Une fois cette idée en tête, j'ai entamé ma rentrée en me renseignant sur les différentes destinations possibles en fonction des universités partenaires avec mon école. L'objectif n°1 étant d'améliorer mon anglais, il fallait passer en revue tous les pays anglophones.

Les USA et l'Australie me promettaient un voyage très dépaysant, mais c'était trop loin, et surtout trop cher pour moi. Les aller/retours en avion et l'éloignement à ce point ne m'attiraient pas.

J'ai hesité avec l'Angleterre, mais je n'avais pas une idée très positive de ce pays, mes différents voyages scolaires ne m'avait pas laissé un très bon souvenir de l'accueil des habitants, surtout des jeunes anglais. Leur refus de l'Europe et de toutes formes de standardisation (système métrique, conduite, monnaie) est, je pense, une bonne représentation de leur état d'esprit.

Définitivement, l'Irlande m'attirait. J'avais une image très positive des habitants, et du pays. Je pense nous avons en commun la perpetuelle querelle avec notre voisin l'Angleterre justement, même si les raisons historiques sont bien différentes.

Ensuite, tout est sur des rails. Une fois les premiers papiers signés, vous ne pouvez plus faire marche arrière, et à force de répéter votre projet autour de vous, vous commencez à vous en persuader vous même. Les échéances tombent, les acceptations aussi. Bref, vous y êtes.

Alors toi qui me lit au hasard d'Internet, si tu as cette possibilité qui s'offre à toi, pour le prochain semestre ou pour l'année prochaine. Fonce, n'hésite pas, ne refléchit pas, vas-y en apnée, en courant, mais vas-y.

Crois moi, rien ne pourra te le faire regretter...

:: commentaires(10) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
8716 pages vues sur ce post.
Page gnre en 0.452 s s - 12 requtes SQL (0.362 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1