Post-Eire - Carnet de Route 1 : Brutal flash-back
Blog
 Lyon   rapports humains   souvenirs   Erasmus   post-synchro   Freebox   tristesse   interview   paroles   voyage   Médias   geek   foot   bus   parfum   Irlande   constitution européenne   préparation d'expatriation   brevets logiciels   calendar   Irak   cadeaux   célibat   alcool   monotonie   8 décembre   rupture   ambition   nostalgie   humour   stage   photos    exs   bonheur   vacances   cinéma   fin de vie étudiante   télévision   The Darkness   futur   influence   Red Box   coeur d'expatriation   passeport   optimisme   Matrix   St Patrick   enseignant   amphi   bush   moment de vie   Noël   Dublin   travail   Paris   blogosphère   personnage   musique   sexe   rugby   fin d'expatriation   dos   Île de la réunion   europe   anniversaire   self control   #echoes   langue anglaise   amour   sida   Prague   femmes   romance de vie   retour d'expatriation   politique   Madrid   séduction   grève   mon blog   mal du pays   couple   soirée   scolarité   Le Mouv'   Blogs Lyonnais   loose   écriture   liberté   famille 
<< suivants

Vendredi 05 Septembre

categories Carnet de Route 1 : Brutal flash-back [15h14] Carnet de Route 1 : Brutal flash-back

/images/flutes.gifMon collège était un collège que l'on pouvait appeler de "difficile" et il y a peu de chance que cela se soit arrangé depuis. Je n'y étais pas malheureux, les journées avaient simplement cette petite touche de crainte de l'autre dans un soucis de préservation de son anonymat. En gros, ne pas attirer l'attention, pour ne pas s'attirer des emmerdes.

Avec du recul, et bien que je ne les porte pas dans mon coeur, je pense que les plus à plaindre étaient les enseignants. Qui a-t-il de plus décourageant que d'essayer de faire son métier dans de telles conditions ?

Le sentiment d'inutilité devait tout de même effleurer la prof de musique, quand, demandant à l'assistance qui avait appris sa partition de l"Hymne à la Joie" à la flûte à bec, la seule réponse qu'elle avait en retour était le brouhaha incessant de la classe ; sachant que les rares élèves qui avaient appris leurs partitions (ceux dont les parents vérifiaient encore le 'cahier de texte', et qui avaient eu la bêtise de le marquer), n'osaient pas faire part de leur exploit, tant les moqueries du banc du fond auraient été lourdes de conséquences.

Quoi qu'il en soit, j'ai tout de même réussi à y passer 4 ans de ma vie, tant bien que mal.

Aujourd'hui mon collège a été démoli. C'était le dernier collège 'Pailleron' de France (vous savez, ceux qui brûlent comme des châteaux de paille). Un collège flambant neuf, rebaptisé pour l'occasion, a été hérissé juste à côté. Je n'aurai jamais cru que cela puisse me toucher. Mais voir ces amas de gravas, reconnaître un morceau de mur, de porte, une fenêtre. C'est con, mais j'avoue avoir eu cette petite boule entre mes 2 absences de pectoraux.

Tchao Mauvert.

:: commentaire(0) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
9456 pages vues sur ce post.
Page gnre en 0.460 s s - 12 requtes SQL (0.363 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1