Post-Eire
Blog
 soirée   post-synchro   #echoes   optimisme   musique   vacances   rugby   interview   enseignant   amour   Paris   cinéma   foot   bus   rapports humains   Madrid   séduction   dos   moment de vie   monotonie   souvenirs   europe   St Patrick   personnage   coeur d'expatriation   Médias   famille   télévision   self control   Matrix   The Darkness   voyage   Le Mouv'   Lyon   alcool   photos   loose   retour d'expatriation   liberté   brevets logiciels   calendar   grève   Erasmus   anniversaire   tristesse   célibat   Île de la réunion   futur   Dublin   femmes   influence   amphi   scolarité   mal du pays   écriture   Blogs Lyonnais   stage   Prague   nostalgie   Noël   humour    exs   préparation d'expatriation   travail   langue anglaise   Red Box   fin d'expatriation   sida   bonheur   mon blog   constitution européenne   parfum   sexe   paroles   Irak   geek   romance de vie   fin de vie étudiante   Freebox   passeport   bush   politique   8 décembre   couple   cadeaux   rupture   ambition   Irlande   blogosphère 
<< suivants

Mardi 28 Juin

categories Fontaine je ne boirai pas de ton eau. [20h12] Fontaine je ne boirai pas de ton eau.

/images/queue.pngNon, pas la peine d'insister, je n'irais pas. Aucune envie de rester 2 heures à faire la queue dans une chaleur accablante, et me retrouver avec un torticolis pour avoir regarder le film tout devant à gauche. Surtout que l'économie réalisée par rapport à des tickets de CE est toute relative (sans doute un des rares avantages à ne plus être étudiant).

Les seuls souvenirs de fêtes de cinéma qui me viennent à l'esprit, ont lieu en 3ème lorsque je retrouve écrasé contre les grilles du Pathé sous un vrai cagnard, à 2 doigts de la syncope, pour en fin de compte regarder des films un rang devant les caïds du collège qui écoutaient leur walkman à fond, jetaient des pop corn et pissaient à même les escaliers de la salle.

Définitivement non. J'irais donc voir, à mon habitude, les films qui me font envie, un mois minimum après leur sortie, le Lundi soir à la séance de 22h30 dans la petite salle au premier étage de l'UGC, peinard !

:: commentaires(7) ::

Lundi 27 Juin

categories Rêve éveillé d'une nuit blanche. [19h48] Rêve éveillé d'une nuit blanche.

/images/nuages.pngCe week-end était l'occasion de revoir quelques uns de mes compagnons de route Erasmus, un an après. Il fait bon de les retrouver tels qu'on les a laissés, d'oublier en quelques minutes que l'on a passé les 12 derniers mois à plusieurs centaines de kilomètres les uns des autres.

Ces deux jours étaient aussi l'occasion de se croire retourné à Dublin l'espace d'une soirée, d'y croiser des destins aussi différents qu'instructifs et de dégripper mon anglais qui ne demandait que ça.

Mais je ne suis pas persuadé que ce genre de rencontres facilitent ma thérapie d'acceptation de la réalité du quotidien. Surtout si l'on ajoute que le but du week-end était de dire au revoir à deux chanceux qui partent faire un tour du monde.

Non, il n'est définitivement pas facile de retourner travailler un Lundi sachant qu'ailleurs des gens prolongent le rêve que vous avez interrompu en plein élan quelques mois plus tôt. Et on a beau essayer de se rendormir, le rêve ne revient pas.

:: commentaire(1) ::

Mardi 14 Juin

categories Reflets Erasmus. [15h09] Reflets Erasmus.

/images/ae_movie.jpgCertains films vous marquent plus que d'autres. Au delà du talent de la réalisation et de la qualité des acteurs, il y a bien souvent le fait que le scénario, où même juste quelques scènes, fassent echo à votre propre vie.

Pour ma part, je n'irai pas jusqu'à dire qu'un film a changé ma vie, mais il y a en tout cas certainement contribué. Je suis parti à Dublin en pensant y vivre une partie du scénario, et y croiser quelques personnages, j'y ai vécu l'auberge irlandaise en grandeur nature.

Ce film vous l'aurez compris, j'ai déjà eu l'occasion d'en parler et même de m'en inspirer pour mon blog Erasmus, il s'agit de l'Auberge Espagnole, et il passe ce soir sur France 2. Si vous l'avez raté, si vous l'avez oublié, ou si vous êtes en pleine hésitation pour un futur départ à l'étranger, réservez votre soirée.

Quand à la suite, les Poupées Russes, tout ce que j'espère c'est qu'il n'aura pas d'effets aussi importants sur mon existence que le premier du nom.

:: commentaires(11) ::

Mercredi 08 Juin

categories Chassé-croisé. [16h05] Chassé-croisé.

/images/couple.jpgLorsque je n'étais encore qu'au coeur de mon ingrate adolescence, j'avais beaucoup de mépris pour ces types de presque 25 ans qui attendaient dans leur belle BMW les nanas les plus sexy du lycée. Elles pavanaient en montant dans la voiture, en ayant pris soin de mettre en valeur leur corps de femme tout neuf. Elles avaient ce petit air paradoxal des filles qui sont encore surprises des formes que leur adolescence leur a modelées, tout en surjouant leur fierté et leur maturité.

On avait beau essayer de se persuader, avec beaucoup de mauvaise foi, que ces filles n'étaient pas les plus malignes du lycée, et que de toute façon, même le plus beau gosse d'entre nous (même redoublant) n'aurait rien pu faire du simple fait qu'il était encore au lycée, ça mettait un coup à notre orgueil. On avait l'impression de se faire piquer des poules du poulailler.

Personnellement, j'ajoutais que ces types devaient vraiment être des loosers pour se rabaisser à faire la sortie des lycées pour pouvoir tirer leur coup. En toute logique la pyramide des âges leurs laissait suffisamment de chance auprés des filles de leur génération sans qu'ils aient besoin de taper dans nos plate-bandes. Sans compter que les mannequins de 25 ans n'étaient pas nombreuses à venir chercher des lycéens boutonneux en décapotable. Il y avait donc là un déséquilibre flagrant.

Depuis cette époque, j'ai pris quelques années, et mon quart de siècle arrive à grands pas. Ma position n'a pas radicalement changée, mais j'accorde aux chasseurs de pucelles de ma génération d'avantage de circontances atténuantes. La première est que, avant qu'elles n'ouvrent la bouche, il tient parfois du challenge de différencier une fille de 17 ans d'une femme de 23, surtout à une soirée avec beaucoup de bruit et d'alcool. Ensuite, il faut avouer que, passé 23-24 ans, le couple devient rapidement le standard majoritaire, et qu'il est moins évident de croiser des célibataires du même âge à tous les coins de rues. Enfin, et surtout, sans vouloir paraître désobligeant, la tirade du dragueur baratineur a beaucoup plus de succès auprès des naïves adolescentes qu'auprès des baroudeuses jeunes femmes, passée depuis longtemps sur la défensive.

Pour toutes ces raisons, quand, au hasard d'une soirée, je croise un ami proche ou même une connaissance lointaine accompagné d'une partenaire de jeu de plusieurs années sa cadette, je ne suis plus méprisant, j'ai simplement une pensée pour les camarades de lycée de la jeune fille...

:: commentaires(5) ::

Mercredi 01 Juin

categories Et maintenant ? [15h43] Et maintenant ?

/images/burning_europe.jpgLa majorité des français a refusé la constitution européenne. Soit. Donc on attend. Pour l'instant, on n'a pas gagné grand chose, on est la risée de l'Europe, et on a perdu le peu de crédit engendré sur le plan international lors de l'opposition à la guerre en Irak.

Trois voies s'ouvrent alors à nous :

- L'exclusion de l'Europe. Peu probable voir impossible. Même ridiculisée, la France n'en reste pas moins un acteur majeur du vieux continent.

- La renégociation du traité. Ouais, super. Aucune chance que nos amis les libéraux fassent des concessions, et on voit pas trop comment la France pourrait être d'avantage écoutée face à ses voisins. Donc au mieux on aura la même chose, au pire, on aura un truc encore plus libéral, qui plus est, sans doute voté à l'assemblée : pas la même connerie deux fois.

- Enfin, le plus probable à mes yeux, une constitution light. Un truc de 10 pages avec des valeurs communes (droits de l'homme, hymne, bla bla). Un truc simple, mais facilement modifiable (à la majorité, pas à l'unanimité). La pilule, passera, puis le parlement (largement libéral) pourra le modifier à loisir, à grands coups de directives Bolkestein.

Alors, j'ai beau chercher loin, élaborer tous les scénarios possibles, je ne vois pas UN seul petit avantage à ce NON.

Tout ce dont j'espère c'est que ceux qui ont voté non, soi-disant pro-européens, anti-facistes, et anti-communistes, ne le regretterons jamais. Ha pas publiquement, on ne remet pas en cause son égo, mais tout seul, en leur for interieur, qu'ils ne se diront jamais : "Ha merde, si j'avais su."

Je le souhaite, mais j'en doute. Et grandement...

:: commentaires(7) ::
précédents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
Page générée en 0.026 s s - 15 requêtes SQL (0.004 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1