Post-Eire - soirée
Blog
 voyage   Erasmus   Freebox   moment de vie   stage   préparation d'expatriation   souvenirs   alcool   Noël   foot   séduction   humour   loose   dos   amour   monotonie   geek   fin d'expatriation   Dublin   futur   Matrix   scolarité   bush   travail   calendar   photos   self control   passeport   parfum   mon blog   célibat   retour d'expatriation   constitution européenne   optimisme   télévision   blogosphère   enseignant   famille   vacances   liberté   Médias   Irak   couple   post-synchro   bus   grève   Paris   rupture   ambition   Blogs Lyonnais   nostalgie   politique   cadeaux   8 décembre   soirée   sexe   Le Mouv'   interview   paroles   influence   mal du pays   bonheur   cinéma   Irlande   coeur d'expatriation   brevets logiciels   personnage   amphi   tristesse   Red Box   rugby   musique    exs   romance de vie   rapports humains   fin de vie étudiante   langue anglaise   The Darkness   Lyon   Prague   sida   écriture   europe   anniversaire   femmes   St Patrick   Île de la réunion   #echoes   Madrid 

3 posts pour la cat�gorie 'soirée'

<< suivants

Dimanche 18 Décembre

categories Pretexte blogosphérique. [23h50] Pretexte blogosphérique.

/images/mug_beer.pngLe problème lorsqu'on a beaucoup de choses à écrire, c'est qu'elles se bousculent dans la zone du formalisme, et malheureusement, je ne peux actuellement formaliser qu'une idée à la fois.

Je ne vais donc ici, parler pour l'instant que de ma soirée de vendredi. C'est ce genre de soirées, il y a encore quelques mois, dont je me serais demandé pendant des heures, pourquoi, au diable, j'avais décidé de m'y rendre. En effet, mon taux de connaissance à une soirée blogs lyonnais étant proche du néant, j'avançais ainsi dans l'inconnu le plus total.

Calé sur un rythme habituel, je ne pouvais décemment pas arriver à l'heure, pensant que je serais loin d'être le seul à avoir une vie après 19h, je découvris avec surprise une tablée pleine de convives (mais où est donc passé le 1/4 d'heure lyonnais ?). Et, chose encore plus surprenante, je découvris même quelques visages connus.

Je pus alors, caser une demie fesse qu'on m'accorda bien élégamment, à cette table, entouré de gens dont j'ignorais jusqu'à la seule chose qui pouvait me relier à eux : Leur blog.

Parmi les premières leçons que j'ai tiré en arrivant, c'est qu'à force de trop traîner avec les baroudeurs de la préhistoire du blog francophone (j'ai nommé la communauté des gens bien, #echoes), il m'arrive de me surprendre en flagrant délit de vieux con qui était là "avant". Avant quoi ? Je me le demande encore.

Dans cette taverne, nommée le Ninkasi Ferrandière, lieu étrange aux serveurs aussi aimables qu'un car de supporters lillois après une cuisante défaite du LOSC, s'installa doucement le pourquoi de ma venue ici : La richesse des autres.

Évidemment, malgré ma thérapie intensive, l'Irlande a eu raison de mes conversations, ainsi que ma phycho-sociologie de PMU sur les rapports hommes-femmes. La bière aidant, je n'ai même pas pu résister à alimenter des trolls de geeks.

Bref une très bonne soirée, même si je ne suis pas persuadé que le fait de me découvrir des voisines en pleine préparation de périple canadien, m'aide dans mon travail permanent d'acceptation du quotidien, tant les efforts pour ne pas raviver par procuration la flamme de l'expatriation dans mes yeux sont constants.

à suivre, donc...

[Photos ici]

:: commentaires(11) ::

Samedi 15 Mars

categories Thursday Night Sueur [21h34] Thursday Night Sueur

/images/soiree.jpgMaintenant que toutes ces péripéties geekiennes sont passées, j'ai le temps (et l'envie) de faire un petit flash-back pour revenir à ma soirée de Jeudi.

Laissez moi vous dresser le tableau : Une école d'ingé en Informatique, en l'occurrence la mienne, veut organiser une soirée en boite. Enfin disons plutôt que les membres actifs d'une école d'ingé veulent organiser une soirée, les autres se laissant bercer allégrement entre TP, Amphi et LAN Party. Une fois ces bases posées, il parait évident qu'il faut trouver quelques personnes du sexe opposé, sans quoi la soirée tombera de façon définitive dans la réunion d'informaticiens anonymes perdus en discothèque...

Dans cet objectif, une liste des écoles féminines de la région a été dressée: Infirmières, Pharmaciennes, Orthophonistes, Sages-Femmes, etc... Après négociations ardues sur les conditions de financement de la soirée (Bah oui, faut pas croire qu'elles vont participer gratuitement non plus !), les écoles sélectionnées (en fait celles qui ont accepté) ont été les sages-femmes et les orthophonistes...

Ravis de ce partenariat, nous envahissions les rues, les facs et les IUT de la ville pour distribuer les flyers et jouer à ce super jeu du collage d'affiches, celui où vous pouvez facilement devenir très agressif lorsque certains arrachent ou couvrent vos propres affiches à peine 5 min après que vous les ayez posées... Par contre, et à ma grande surprise, la distribution de flyers s'est avérée plus sympathique que prévue, les étudiants à vous ignorer sont rares, et la majorité vous renvoi votre sourire, certains échangent même quelques mots sympathiques. Mais le plus impressionnant, c'est que ce genre de réactions est valable partout sauf... dans ma propre école. En effet, la dernière distribution a été faite devant le Resto Universitaire de mon école, et c'est là que j'ai reçu le plus de mépris et d'impolitesse : Pas de réponse, fuite du regard, ignorance. Et c'est rien de le dire : Vous vous mettez devant la porte, le flyer à la main, vous dites un grand « Bonsoir » et le type baisse les yeux, ne réponds surtout pas, se tourne de trois-quarts de façon à vous montrer une plus grande surface de son dos (ou de son cul, au choix) et passe de coté, en pas chassés entre vous et la porte... Si cette réaction avait été unique ou rare pendant les deux heures de distribution, ça m'aurait fait rire, mais là, on approche les 75% voire 80% de réactions similaires !

Que le type ne veuille pas du Flyer, qu'il sente bien que je veuille lui refiler quand même, ok ! Mais qu'est-ce qui empêche un : « Bonsoir ! Non merci ! », avec un sourire ? Surtout que c'est ce genre de réaction que j'ai reçu ailleurs ! Mais là non, dans cette école, on méprise, on ne dit SURTOUT PAS « Bonsoir ». J'insiste, mais le coup du « Bonsoir », je crois que c'est le truc qui m'a le plus marqué ! Personnellement, c'est un réflexe, le type me dit bonsoir, même si je veux pas du truc qu'il veux me refiler, je lui réponds, un gamin de 5 ans connaît ça ! Mais là non, les futurs « ingénieurs » passent et repassent dans un total mépris et dans une volonté accrue de ne pas vous répondre ! Honte et dégoût étaient, sans exagération, mes sentiments à la suite de cette distribution !

Bref, heureusement, la soirée arriva, et malgré le taux important de personnes qui sont restées à chauffer les canapés toute la soirée, la piste était pleine... Les sages-femmes ont fait leur show sur le podium avec la tenue classique exigée (cuir moulant, décolleté avantageux, et déhanchement extravagant), sous les yeux outrés des orthophonistes et la bouche baveuse des informaticiens; les hotesses ont jetés de façon autaine leur T-shirt à la foule en sueur prète à mourir pour un T-shirt publicitaire de taille S; le DJ a passé en boucle ses 4 CDs de dance & techno commerciale; et les barwomen ont fait leurs vodka-pommes avec les 1/50 de vodka réglementaire...

Pour ma part, ce fut ma seule sortie en boîte de l'année. J'ai fait l'effort de me secouer sur la piste, j'ai passé une bonne soirée, mais ce genre d'ambiance n'est définitivement pas fait pour moi. Le coté sympathique de la soirée était surtout lié aux personnes présentes ce soir là, plutôt qu'au lieu...

:: commentaire(0) ::

Dimanche 20 Octobre

categories Recette pour une soirée ambiguë. [17h01] Recette pour une soirée ambiguë.

/images/disco.gifVous prenez une soirée prévue de longue date (une semaine, pour moi, c'est énorme comme prévision), vous y mettez une trentaine de filles en école d'orthophonie en train de fêter allégrement leur week-end d'intégration avec les moyens du bord (c'est à dire 0F et bcp d'imagination), vous y ajoutez vos potes d'enfance, votre copine, et vous même avec bien sûr l'habituel retard de 45 minutes (sinon c'est pas drôle).

Tout va pour le mieux, un peu d'alcool, mais pas trop (cad personne qui vomit sur la piste de dance ou sur la table), les célibataires qui se tournent autour sur la piste de dance, et les autres qui discutent autour d'un verre de leur problème de couple. On rit aux larmes, on paye des tournées, bref, tous va bien, puisqu'on se fout même de la gueule de l'alcoolique de 35 ans qui pue l'alcool et qui s'est inscrusté à la soirée (Mais si ! Vous savez celui qui gave tout le monde, mais avec qui tout le monde est sympa par peur qu'il devienne violent, et bien il était là lui aussi).

Jusqu'au moment où la seule fille sur terre qui n'aurait pas du se trouver là, mais qui a pris un malin plaisir à vouloir gâcher la soirée de tout le monde malgré les mises en garde, débarque. Vous savez cette fille immature et lâche qui se croit plus maline que tout le monde... Et bien elle débarque, jette un froid sur la soirée, fait ce qu'elle avait à faire et qu'elle cherchait à faire par tous les moyens (sans que ça soit trop voyant) depuis plusieurs jours, et pourri la soirée...

Bon, du coup c'était une bonne soirée (1ère partie), ou une soirée de merde (2ème partie) ? Hum.... Allez, on va garder un bon souvenir, ça me sera plus utile pour la suite...

SLBG !

:: commentaire(0) ::
précédents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
Page générée en 0.186 s s - 15 requêtes SQL (0.024 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1