Post-Eire - ambition
Blog
 cinéma   sexe   fin de vie étudiante   brevets logiciels   romance de vie   préparation d'expatriation   Paris   musique   anniversaire   rugby   scolarité   influence   humour   grève    exs   enseignant   sida   coeur d'expatriation   dos   bush   fin d'expatriation   post-synchro   self control   séduction   mal du pays   stage   8 décembre   alcool   Matrix   femmes   personnage   retour d'expatriation   rapports humains   St Patrick   célibat   Lyon   optimisme   Erasmus   travail   ambition   loose   Irak   Le Mouv'   Noël   The Darkness   nostalgie   photos   Irlande   rupture   télévision   calendar   écriture   Médias   Madrid   soirée   futur   Prague   mon blog   europe   langue anglaise   passeport   voyage   couple   interview   bus   amphi   Dublin   bonheur   tristesse   constitution européenne   souvenirs   geek   monotonie   Red Box   blogosphère   parfum   Blogs Lyonnais   liberté   vacances   Freebox   paroles   famille   #echoes   politique   moment de vie   cadeaux   Île de la réunion   amour   foot 

3 posts pour la cat�gorie 'ambition'

<< suivants

Dimanche 19 Novembre

categories Ambition latente. [19h10] Ambition latente.

/images/president.jpgEnfant, Sylvain voulait être Président de la République. Cela lui semblait la fonction la plus haute possible à ses yeux et aux yeux de ses parents. Lorsqu'il annonçait de telles ambitions en public du haut de ses 6 ans, il observait le petit sourire de fierté sur le visage de ses parents, ce qui le confirmait dans ses choix. Il savait qu'il était un être exceptionnel capable de grandes choses, et l'annonçait à la cour de recrée.

Adolescent, l'objectif lui semblait ambitieux, mais pas impossible. Le flou artistique qui entourait son futur, l'incertitude qui régnait lorsqu'il tentait d'imaginer son quotidien à l'issue de ses études lui permettait de conserver l'espoir de ses rêves les plus audacieux. Il pensait toujours être un être d'exception capable de très grandes choses, mais il le dissimulait au grand public et feintait plus ou moins le profil bas.

Jeune adulte, une partie de son être commençait à déchanter. Son quotidien se transformait en routine, et son avenir ne semblait que trop connu à ses yeux. Il cherchait vainement une tentative d'échapper aux rails qui le conduisait inexorablement vers une vie loin de ses rêves d'enfant, mais l'inertie de ses journées semblait être une force supérieure à ces derniers. Le doute naissait dans son esprit quant à son destin exceptionnel, mais seuls les évènements semblaient en cause. Le parcours déjà glorieux d'individus plus jeunes que lui et déjà médiatisés lui laissait une sensation désagréable de faux départ.

Adulte, il s'était fait une raison. Il comprenait que sa vie n'allait pouvoir avoir qu'un impact limité sur le monde. Il tentait alors d'élargir au maximum cet impact au travers de sa vie professionnelle et familiale. Sans doute ses enfants pourront prolonger ses grands projets, et à leur tour obtenir la gloire ratée de peu par leur père. Après tout, la naissance de ses enfants lui avait au moins appris qu'il ne servait à rien d'aller chercher ailleurs le bonheur qui était à ses pieds.

:: commentaire(1) ::

Jeudi 29 Avril

categories Ambition blogosphérique. [00h46] Ambition blogosphérique.

/images/gens.pngOn me souffle à ma gauche qu'il est mal vu d'être en recherche de reconnaissance. Ou plutôt que si on veut s'attirer les compliments des siens il faut le faire en toute discrétion.

Il est mal vu d'essayer de monter des projets communautaires, et encore plus d'avoir envie que des gens viennent les voir. Il est mal vu d'essayer de se faire de la publicité pour des travaux sur lesquels on passe plusieurs heures de son temps.

Il faut qu'on m'explique où est le problème. En quoi l'ambition isolée des uns gêne les autres ?

On me reproche de vouloir me faire une place. On me reproche de vouloir acquérir de la reconnaissance. Soit.

Que celui qui souhaite ne pas être lu me jette la première pierre. Que celui à qui j'ai fait de l'ombre en montant ces projets viennent me poignarder dans ma baignoire. Que ceux sur le dos desquels je me suis fait de l'argent me jettent du vitriol à la gueule.

Je ne vois donc pas qui je dérange, je vais donc continuer.

Très bientôt post-Synchro - Phase II.

:: commentaires(16) ::

Mercredi 10 Mars

categories Fatigue. [13h40] Fatigue.

/images/nombril.jpg Je suis fatigué d'affronter les gens. Fatigué d'essayer de ménager les susceptibilités de chacun, et les égos débordants. Il est certain que mon propre égo et ma propre susceptibilité rentre en ligne de compte dans ce combat quotidien. Il est bien connu que les fortes personalités ont du mal avec les autres grandes gueules du même gabarit.

Il y a certainement un peu de cela. Les défauts des autres qui me mettent hors de moi sont sans doute ceux que je retrouve le plus ou que j'ai le plus retrouvé chez moi. Mais il n'empêche, je me suis souvent emporté, enervé; j'ai souvent explosé, secouant leurs quatre vérités sous le nez de ces gens aux paroles remplies de mépris et d'auto-suffisance, mais en vain. Ces gens ne changeront jamais. Leur recherche perpétuelle de valorisation et de reconnaissance ne s'éteindra pas. En tout cas surtout pas à la suite d'une discussion frontale comme j'ai déjà pu en avoir.

Quelques mois avant mon départ, j'ai essayé de me raisonner, d'accepter ces attitudes mieleuses cousues du fil de l'hypocrisie, ou de celui de l'egoïsme à peine camouflé. Loin de moi, l'idée d'essayer de porter le blason de l'honnêté en galopant sur le cheval blanc de l'altruisme. Le simple fait que je tienne un weblog et que je me lance dans certains projets communautaires statutaires vous pouveront le contraire. Je pense simplement qu'il y a une certaine limite dans la recherche de sa propre valorisation : celle de ne pas écraser les autres pour réussir. C'est peut-être utopique, ça fait sans doute sourire, mais ça fait partie de mes valeurs.

Mais le plus étrange, c'est que depuis que je suis là, loin de chez moi, à rencontrer des personnalités nouvelles, je n'ai jamais eu à rencontrer ce genre de problème. Plus de prise de tête, plus d'affrontement d'orgueils susceptibles. Non. Juste des gens qui s'ouvrent, qui se racontent et qui ne jugent pas. Mon Dieu que c'est reposant et enrichissant. C'est sans doute un des facteurs qui transforment ce genre d'année Erasmus en petits instants de bonheur.

:: commentaire(1) ::
précédents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
Page générée en 0.213 s s - 15 requêtes SQL (0.046 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1