Post-Eire - famille
Blog
 soirée   rupture   bonheur   moment de vie   constitution européenne   St Patrick   cinéma   The Darkness   amphi   voyage   post-synchro   fin d'expatriation   humour   célibat   Médias   parfum   tristesse   #echoes    exs   sexe   europe   influence   bush   cadeaux   séduction   photos   alcool   sida   enseignant   fin de vie étudiante   souvenirs   paroles   Red Box   personnage   monotonie   préparation d'expatriation   bus   self control   brevets logiciels   Irlande   écriture   loose   vacances   Blogs Lyonnais   amour   geek   anniversaire   Dublin   Freebox   stage   calendar   optimisme   futur   Irak   interview   télévision   famille   musique   mon blog   langue anglaise   rapports humains   coeur d'expatriation   Prague   scolarité   Noël   grève   Lyon   femmes   ambition   retour d'expatriation   Paris   romance de vie   blogosphère   mal du pays   8 décembre   foot   passeport   couple   Le Mouv'   liberté   rugby   Île de la réunion   politique   Matrix   dos   Madrid   travail   Erasmus   nostalgie 

2 posts pour la cat�gorie 'famille'

<< suivants

Lundi 02 Avril

categories A la recherche de la cinquième roue du carrosse. [21h05] A la recherche de la cinquième roue du carrosse.

/images/jonglage.jpgAmour, travail, famille, amitié. Quoi que je fasse je ne peux pas réussir en parallèle sur tous les tableaux à la fois. Dans la grande naïveté qui me caractérise, je pensais pouvoir allier tous ces éléments dans une harmonie parfaite, je m'aperçois à quel point il est difficile de maintenir cette émulsion instable.

Ces quatre valeurs ne sont pourtant pas sur un pied d'égalité dans la mentalité de notre société. En effet, le travail étant la valeur la moins humaine, il est acquis que s'y investir à outrance est très mal perçu par la morale collective. Pourtant comment négliger plus de 8 heures par jour de notre quotidien ? Comment passer à coté de cette source de valorisation financière et humaine ? Mépriser son travail équivaut à mépriser la plus grande partie de ses journées, ce qui devient particulièrement malsain..

Evidemment, il faut parfois s'accrocher à ses valeurs, ravaler ses illusions, et lutter contre la tentation d'établir des relations saines dans ce panier de crabe que constitue l'entreprise. Et pourtant, j'essaye, sans doute avec un masochisme certain, d'extraire le meilleur de ces relations particulières, même si elles se terminent le plus souvent à mes dépends.

Quant à l'amitié, je ne peux concevoir ce que serait ma vie sans cette bouffée d'oxygène qui a participé en grande partie à la construction de mes convictions, de mon caractère et de ma personnalité. Du meilleur de mon adolescence, aux nuits passées à refaire le monde, j'y ai laissé mes plus grands fous rires et élaboré mes plus grands rêves l'espace d'une soirée.

De l'amitié à l'amour il n'y a parfois qu'un pas, mais d'amour nous en recherchons qu'un. Cette quête du Graal, qui me fascine tant, revêt le plus souvent les habits de la priorité absolue parmi les quatre préceptes mis ici en avant. Pour certains, il s'agit d'une simple expression de nos gênes primitifs de reproduction, pour d'autres, cela apparait comme l'aboutissement de l'existence humaine. Pourtant, quelle énergie dépensée au travers de cette recherche de l'autre et de la construction d'un projet commun ! Quels stratagèmes et réflexions engagées dans ce seul but !

Je resterais sans doute encore longtemps fasciné par les tenants et les aboutissements de cette lutte acharnée qu'est l'amour et la séduction. Sur cette recherche de la certitude absolue de faire les bons choix, alors que l'incertitude n'est plus que jamais de rigueur dans ce domaine.

Enfin, la famille, car tout commence et tout se termine sur cette dernière valeur souvent négligée, mais toujours retrouvée. Cette certitude qui pousse vers l'ingratitude afin de voler vers d'autres incertitudes. Celle où l'on peut se retrouver pour oublier tout le reste et ne garder que l'essentiel.

Je jongle à quatre balles pour constater, en fin de compte, la très bonne stabilité du trépied.

:: commentaires(11) ::

Jeudi 29 Juillet

categories Faux plat [01h28] Faux plat

/images/tuning.pngDe Monaco à Noeux-les-Mines il y a 1158 km. Durant ces quinze derniers jours j'ai visité ces deux villes. J'ai pris une fois de plus ce TGV Méditerranée qui relie Marseille à Lille en 4 heures, alors qu'il m'en avait fallu 9 pour traverser l'Irlande d'Est en Ouest.

Je pense qu'il est difficile de trouver un contraste financier plus marqué que ces deux villes. La première multi-milliardaire, aux éléments de richesse disposés à tous les coins de rues, aux lunettes Gucci et aux escalators publics; la seconde, ancienne cité minière, aux terrils aménagés en pistes de ski, aux robes à fleurs taille 46 et aux Renault 5 tunées.

Mais peu importe, je me suis sans doute d'avantage senti chez moi là haut, avec ma famille que là bas, écoeuré par tout cet étalage. Ces quinze jours ont été bénéfiques. Ma dépression post-Erasmus touche à sa fin, et post-synchro sera cloturé dans la journée.

:: commentaires(8) ::
précédents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
Page générée en 0.191 s s - 14 requêtes SQL (0.023 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1