Post-Eire - télévision
Blog
 Prague   famille   alcool   influence   Irlande   cadeaux   Le Mouv'   enseignant   séduction   optimisme   souvenirs   télévision   rugby   Matrix   photos   interview   retour d'expatriation   monotonie   écriture   Paris   mon blog   musique   femmes   sexe   Freebox   Île de la réunion   The Darkness   calendar   soirée   anniversaire   cinéma   grève   romance de vie   loose   foot   personnage   rupture   brevets logiciels   futur   amphi   Irak   geek   liberté   dos   travail   amour   Lyon   passeport   Blogs Lyonnais   parfum   mal du pays   rapports humains   Noël   préparation d'expatriation   bonheur   stage   constitution européenne   self control   fin de vie étudiante   Madrid   #echoes   St Patrick   europe   Red Box   bus   scolarité   tristesse   post-synchro   blogosphère   vacances   fin d'expatriation   célibat    exs   sida   couple   ambition   humour   paroles   Dublin   Médias   coeur d'expatriation   langue anglaise   8 décembre   nostalgie   Erasmus   moment de vie   politique   bush   voyage 

4 posts pour la cat�gorie 'télévision'

<< suivants

Lundi 28 Février

categories Infirmières Academy [16h28] Infirmières Academy

/images/infirmiers.jpgLundi dernier, j'avais enfin retrouvé ma télécommande dans un de mes cartons, lorsque au milieu du réglage des chaînes je suis tombé sur le "reportage" sur France 3, quatre épisodes sur le milieu hospitalier : Hôtel-Dieu.

A mi-chemin entre Strip-Tease et Urgences, cette nouvelle adaptation de la télé-réalité à la frontière du documentaire est époustouflante. Montrer la réalité de l'hopital, dans ses joies comme dans ses peines, avec authenticité et sans voyeurisme, vous renvoie en pleine figure le quotidien des métiers de la santé.

J'ai de l'admiration pour ces gens qui affrontent en face la réalité de la vie. Ces personnes qui arrivent à vivre normalement, tout en cotoyant constamment la détresse et la tragédie humaine.

Personnellement, je ne peux pas avancer sans oeillères, sans blindage, il faut qu'une partie de moi fasse en permanence abstraction de la détresse humaine, tandis que l'autre prie secrétement pour passer entre les gouttes de la fatalité.

Vous pouvez appeller ça de la lâcheté, je préfére appeller ça de l'auto-défense.

Quoiqu'il en soit, ce soir, n'hésitez pas à aller y jeter un coup d'oeil, 20h55, France 3.

:: commentaires(5) ::

Lundi 23 Août

categories J.O. from couch. [21h57] J.O. from couch.

/images/olympics.gifLes Jeux Olympiques après une année Erasmus possèdent une saveur différente. Je vibre aux sons des autres nations que la mienne. Je vois les visages et j'entends les encouragements de tous ceux que j'ai rencontré là-bas. J'imagine Javier à Barcelone, Tom à Stuttgart, Kim à Tokyo, Frederico à Milan, et aussi tous les autres devant leurs télés respectives.

Je retrouve un peu de l'esprit Irlandais lors du 5000m féminin ce soir et du dernier tour de piste de Sonia O'Sullivan, et je m'incline devant la supériorité belge en Tennis féminin que j'ai osé remettre en question.

Je vois ces athlètes de plusieurs années plus jeunes que moi, qui pourraient me faire croire que ma jeunesse a été jusqu'à maintenant totalement infructueuse et qu'il est déjà trop tard pour pouvoir espèrer en faire quelque chose.

Mais combien d'athlètes médaillés et reconnus parmis tous ceux pour qui adolescence rime d'avantage avec compétition, pression et travail qu'avec sorties, amis et épanouissement ?

Ils m'émerveillement, m'impressionnent et me font vibrer en défendant les couleurs de la France, mais je leur laisse leurs milliers d'heures de travail que je n'aurais jamais eu le courage d'effectuer au plein coeur de mon adolescence.

Bravo, merci, et moi je retourne devant ma télé.

:: commentaires(2) ::

Jeudi 13 Mai

categories "Friends" no more. [00h47] "Friends" no more.

/images/friends.png(Ce post est garanti sans spoiler ajouté)
Quelquefois on a envie de creuser un trou, se s'y blottir, d'y rester le temps que tout passe. Puis que quelqu'un vient nous réveiller doucement, plus tard, lorsque tout sera fini, lorsque tout ira mieux.

Mais ce n'est pas possible, non, il faut affronter la vie tous les jours, se lever, faire semblant.

On se crée alors ses substituts pour affronter ses obligations, ses bols d'air qui nous motivent. J'ai beaucoup de bols d'air autour de moi, l'un d'entre eux, c'est une petite pincée de bonne humeur, une simple série télé américaine, multi-milliardaire en terme de chiffre d'affaires, mais une série qui dure depuis 10 ans : "Friends". On dira ce qu'on voudra, on pourra essayer de cracher sur ce produit marketing, mais il y a du talent derrière ce scénario et derrière ces acteurs. Cette série me fait rire, et je ne l'ai pas lachée depuis qu'on me l'a fait découvrir un jour de printemps 1996... (Merci Arnaud)

Hier j'ai vu le dernier épisode de cette série. Le 234ème épisode, le 18ème de la 10ème saison. Je ne vous dirais rien vu que j'aurais sans doute haï à vie celui qui aurait pu gâcher ces derniers instants, mais la page est tournée. Reste les fou-rires en mémoire, des DVD dans les placards et une série qui restera définitivement culte.

Mais il faut maintenant me trouver un nouveau bol d'air, parce que j'en ai bien besoin en ce moment...

:: commentaires(5) ::

Lundi 10 Mai

categories "Allez, on lui met une bonne note !" [02h55] "Allez, on lui met une bonne note !"

/images/jacquesmartin.jpgLorsque j'étais plus jeune, il m'arrivait de passer plusieurs fois par an des Dimanches-Jacques-Martin. Je les appelais ainsi car, vous l'aurez compris, l'ennui, la démotivation, l'absence de repas de famille ou d'amis avec qui trainer m'amenait irrésistiblement vers cette succession interminable de programmes du dit-auteur.

Après réflexion, c'était un peu réducteur, car mis à part "Ainsi font font font" et "L'école des fans", je ne regardais pas grand chose d'autres lors de ces après-midi dominicales (à part peut-être "La Une est à vous" pour voir Manimal et le Magicien, ou plus tard, Vidéo gag). Mais ça restait pour moi l'événement caractéristique de ces dimanches d'inactivité totale. Ce type de journées faisait naître en moi un malaise situé quelque part entre la déprime, la fatigue et la culpabilité de ne rien faire.

En caleçon, pas lavé, affalé devant la télé ou mon PC, à grignoter tout ce j'ai pu trouver dans mes placards afin d'éviter de me faire à manger, j'ai passé aujourd'hui mon premier Dimanche Jacques Martin Irlandais...

:: commentaire(1) ::
précédents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
Page générée en 0.151 s s - 16 requêtes SQL (0.016 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1