Post-Eire - travail
Blog
 musique   post-synchro   Dublin   interview   bonheur   personnage   romance de vie   Noël   foot   Irlande   mal du pays   nostalgie    exs   monotonie   constitution européenne   #echoes   Médias   Madrid   voyage   rupture   Red Box   préparation d'expatriation   europe   futur   couple   scolarité   bush   travail   St Patrick   Matrix   photos   blogosphère   politique   optimisme   Prague   liberté   passeport   célibat   Le Mouv'   sida   femmes   paroles   télévision   amour   The Darkness   calendar   Paris   ambition   fin d'expatriation   Île de la réunion   Blogs Lyonnais   rapports humains   langue anglaise   Erasmus   écriture   grève   souvenirs   cinéma   enseignant   brevets logiciels   Irak   self control   loose   fin de vie étudiante   séduction   moment de vie   stage   amphi   vacances   anniversaire   alcool   8 décembre   Lyon   coeur d'expatriation   tristesse   bus   humour   soirée   sexe   rugby   dos   Freebox   retour d'expatriation   cadeaux   famille   mon blog   influence   geek   parfum 

3 posts pour la cat�gorie 'travail'

<< suivants

Samedi 27 Décembre

categories Un instant anodin [23h14] Un instant anodin

/images/cacahuetes.jpgElle l'observait, adossé contre le mur, à quelques mètres d'elle, en train d'avaler machinalement quelques cacahuètes pour accompagner la bière bon marché qu'il tenait dans l'autre main.

- Noémie ? T'en penses quoi ?

Merde, elle s'était pourtant juré de feinter l'intérêt envers son chef de service.

- Heu ... Non, mais sur le principe je suis d'accord, tenta-t-elle par réflexe en essayant de faire le lien avec la dernière phrase qu'elle avait écoutée.

- Tu vois, on est tous d'accord : Hugues a fait une connerie en acceptant la fusion des équipes. On va dans le mur pour boucler notre budget.

Elle avait acquiescé, son abruti de chef pouvait continuer son monologue en pensant captiver l'assistance. Franchement, hormis le petit nouveau qui buvait ses paroles comme dans un rite initiatique, elle ne voyait pas qui, parmi les 4 personnes autour d'eux, pouvait encore trouver de l'intérêt dans son raisonnement. C'est tout de même dingue qu'il ne leur foute même pas la paix durant les rares moments de détente entre collègues qu'offrent ces pots de fin de journée. Alors ok, le pot d'arrivée de Stéphanie, la dernière du service comptabilité, est un peu léger : Bières 1er prix, cacahuètes, et quelques jus de fruit; mais qu'il saisisse au moins le prétexte pour leur parler d'autres choses que de ces conneries de budget qui n'intéressent que lui.

Noémie s'éloigna pour se rapprocher du vrai objectif de la soirée : Jean-Marc. Elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait, ce type travaillait dans la même boite qu'elle depuis plus d'un an, elle ne l'avait pourtant remarqué que depuis la semaine dernière : Ils avaient pris l'ascenseur ensemble, échangés 2 mots, mais elle avait senti un malaise qui l'avait poursuivi depuis. Il n'y avait absolument rien de rationnel là dedans, il était l'antithèse de son type d'homme, il était plus âgé qu'elle (enfin elle en avait l'impression), et surtout elle s'était promis de s'éloigner de ses collègues selon le bon vieil adage : Amour et travail ne font pas bon ménage.

Et pourtant, elle était attirée par lui d'une manière complètement incontrôlée. Elle ne savait rien de lui, pire encore, elle avait une quasi-certitude qu'un homme comme lui ne pouvait pas vivre seul. Mais peu importe, elle ne pouvait se résoudre à l'ignorer et à ne pas saisir l'opportunité rare qu'offrait ce bizutage d'arrivée dans le monde professionnel de Stéphanie. Elle s'était même surprise à rechercher la page Facebook de Jean-Marc, mais sans succès, elle allait donc devoir improviser pour amorcer son approche.

Bingo, ce cher Xavier, son co-bureau, est maintenant tout proche de lui, elle a donc une raison presque valable pour se rapprocher de ce petit groupe agglutiné autour du bol de cacahuètes. Elle y est. Elle sourit. Elle se sent ridicule. Elle pense que tout le monde sait pourquoi elle est là. Ca y est, il l'a vu. Aucune réaction. Elle est dingue. Elle se sent possédée par une volonté qui n'est pas la sienne, elle a une boule dans le ventre.

Plus elle reste là, plus elle se sent ridicule. Elle n'arrive plus à stopper le cheminement de ses pensées. Xavier s'éloigne, elle reste, alors qu'elle ne connait dorénavant plus personne autour d'elle. Putain, et voilà maintenant qu'elle se retrouve tout proche de lui, elle arrive même à sentir son odeur. Son odeur bordel. Son parfum l'envoute de plus bel, il sent super bon. Ce n'est pas possible, il faut qu'elle tente quelque chose. Elle tente de se concentrer pour écouter les conversations. Le sujet tourne autour de la crise financière, pas terrible, mais elle peut s'en sortir. Elle prépare une phrase super constructive, qui va dans le sens de la dernière intervention de Jean-Marc. Elle se lance :

- Non, mais moi je pense que ...

- Bon, moi j'y vais, ma femme m’attend. Bonne soirée.

- Bonne soirée ...

Jean-Marc venait de lui glacer le sang, elle feinta le sourire le plus faux qu'elle pouvait réaliser, finit sa phrase, puis rentra chez elle. Elle se rassura en pensant que personne ne saura jamais comment cet instant d'une banalité affligeante pouvait avoir eu une telle intensité pour elle.

:: commentaires(3) ::

Lundi 02 Avril

categories A la recherche de la cinquième roue du carrosse. [21h05] A la recherche de la cinquième roue du carrosse.

/images/jonglage.jpgAmour, travail, famille, amitié. Quoi que je fasse je ne peux pas réussir en parallèle sur tous les tableaux à la fois. Dans la grande naïveté qui me caractérise, je pensais pouvoir allier tous ces éléments dans une harmonie parfaite, je m'aperçois à quel point il est difficile de maintenir cette émulsion instable.

Ces quatre valeurs ne sont pourtant pas sur un pied d'égalité dans la mentalité de notre société. En effet, le travail étant la valeur la moins humaine, il est acquis que s'y investir à outrance est très mal perçu par la morale collective. Pourtant comment négliger plus de 8 heures par jour de notre quotidien ? Comment passer à coté de cette source de valorisation financière et humaine ? Mépriser son travail équivaut à mépriser la plus grande partie de ses journées, ce qui devient particulièrement malsain..

Evidemment, il faut parfois s'accrocher à ses valeurs, ravaler ses illusions, et lutter contre la tentation d'établir des relations saines dans ce panier de crabe que constitue l'entreprise. Et pourtant, j'essaye, sans doute avec un masochisme certain, d'extraire le meilleur de ces relations particulières, même si elles se terminent le plus souvent à mes dépends.

Quant à l'amitié, je ne peux concevoir ce que serait ma vie sans cette bouffée d'oxygène qui a participé en grande partie à la construction de mes convictions, de mon caractère et de ma personnalité. Du meilleur de mon adolescence, aux nuits passées à refaire le monde, j'y ai laissé mes plus grands fous rires et élaboré mes plus grands rêves l'espace d'une soirée.

De l'amitié à l'amour il n'y a parfois qu'un pas, mais d'amour nous en recherchons qu'un. Cette quête du Graal, qui me fascine tant, revêt le plus souvent les habits de la priorité absolue parmi les quatre préceptes mis ici en avant. Pour certains, il s'agit d'une simple expression de nos gênes primitifs de reproduction, pour d'autres, cela apparait comme l'aboutissement de l'existence humaine. Pourtant, quelle énergie dépensée au travers de cette recherche de l'autre et de la construction d'un projet commun ! Quels stratagèmes et réflexions engagées dans ce seul but !

Je resterais sans doute encore longtemps fasciné par les tenants et les aboutissements de cette lutte acharnée qu'est l'amour et la séduction. Sur cette recherche de la certitude absolue de faire les bons choix, alors que l'incertitude n'est plus que jamais de rigueur dans ce domaine.

Enfin, la famille, car tout commence et tout se termine sur cette dernière valeur souvent négligée, mais toujours retrouvée. Cette certitude qui pousse vers l'ingratitude afin de voler vers d'autres incertitudes. Celle où l'on peut se retrouver pour oublier tout le reste et ne garder que l'essentiel.

Je jongle à quatre balles pour constater, en fin de compte, la très bonne stabilité du trépied.

:: commentaires(15) ::

Mardi 05 Avril

categories Envies de tour du monde en tongs. [19h21] Envies de tour du monde en tongs.

/images/voyage.gifLe technologie de l'information ayant finalement décidé de s'introduire chez moi par l'intermédiaire de cette petite horloge à diodes vertes, je peux finalement reprendre du service en continuant cette page gribouillée depuis bientôt 3 ans.

Depuis ces quelques mois de quasi absence, le blog en tant que tel, est encore plus devenu à la mode. Tant pis pour moi.

Mais, je m'aperçois que je possède toujours cette envie d'écrire, ce que je n'aurais jusqu'alors que peu soupçonnée. Parce qu'en réalité, pas grand chose explique cette non-productivité bloguesque depuis mon retour d'Irlande (enfin, depuis mon "vrai" retour, quand j'ai remis les pieds sur terre) pas grand chose, si ce n'est ce manque flagrant de temps pour moi.

Alors, ouais, c'est super, je gagne ma vie. Fini les économies pendant de longs mois pour acheter des bouts de machins, fini les comptes d'apothicaire après les sorties trop arrosées. C'est très appréciable, mais j'avoue que certains soirs, je me demande si le jeu en vaut vraiment la chandelle. Car même si l'on a toujours tendance à idéaliser nos souvenirs, j'ai presque la nostalgie de cette insouciance étudiante, alors que j'aurais à l'époque tout donner pour accélérer le temps et me retrouver à la place que j'occupe aujourd'hui.

Jamais content.

D'où l'objectif avoué des prochains mois : Continuer à jouer sur tous les tableaux : amour, travail, santé, famille, amis, tout en persévérant dans mon projet de maître du monde qui souhaite en faire le tour avec un baluchon et un billet-open...

:: commentaires(3) ::
précédents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
Page générée en 0.195 s s - 15 requêtes SQL (0.025 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1