Post-Eire - europe
Blog
 voyage   rugby   femmes   humour   amour   télévision   monotonie   Paris   Le Mouv'   soirée   famille   mon blog   8 décembre   sida   calendar   optimisme   romance de vie   geek   rapports humains   blogosphère   grève   influence   musique   enseignant    exs   Irak   amphi   foot   post-synchro   photos   stage   #echoes   europe   ambition   nostalgie   travail   célibat   moment de vie   langue anglaise   passeport   brevets logiciels   couple   rupture   retour d'expatriation   Lyon   Blogs Lyonnais   Médias   liberté   paroles   Matrix   Prague   souvenirs   cinéma   mal du pays   alcool   The Darkness   futur   personnage   bonheur   cadeaux   fin de vie étudiante   dos   sexe   self control   Irlande   Noël   interview   préparation d'expatriation   séduction   loose   bus   politique   fin d'expatriation   Dublin   Red Box   constitution européenne   St Patrick   parfum   Île de la réunion   tristesse   coeur d'expatriation   Freebox   scolarité   bush   Madrid   anniversaire   vacances   Erasmus   écriture 

5 posts pour la cat�gorie 'europe'

<< suivants

Mercredi 01 Juin

categories Et maintenant ? [15h43] Et maintenant ?

/images/burning_europe.jpgLa majorité des français a refusé la constitution européenne. Soit. Donc on attend. Pour l'instant, on n'a pas gagné grand chose, on est la risée de l'Europe, et on a perdu le peu de crédit engendré sur le plan international lors de l'opposition à la guerre en Irak.

Trois voies s'ouvrent alors à nous :

- L'exclusion de l'Europe. Peu probable voir impossible. Même ridiculisée, la France n'en reste pas moins un acteur majeur du vieux continent.

- La renégociation du traité. Ouais, super. Aucune chance que nos amis les libéraux fassent des concessions, et on voit pas trop comment la France pourrait être d'avantage écoutée face à ses voisins. Donc au mieux on aura la même chose, au pire, on aura un truc encore plus libéral, qui plus est, sans doute voté à l'assemblée : pas la même connerie deux fois.

- Enfin, le plus probable à mes yeux, une constitution light. Un truc de 10 pages avec des valeurs communes (droits de l'homme, hymne, bla bla). Un truc simple, mais facilement modifiable (à la majorité, pas à l'unanimité). La pilule, passera, puis le parlement (largement libéral) pourra le modifier à loisir, à grands coups de directives Bolkestein.

Alors, j'ai beau chercher loin, élaborer tous les scénarios possibles, je ne vois pas UN seul petit avantage à ce NON.

Tout ce dont j'espère c'est que ceux qui ont voté non, soi-disant pro-européens, anti-facistes, et anti-communistes, ne le regretterons jamais. Ha pas publiquement, on ne remet pas en cause son égo, mais tout seul, en leur for interieur, qu'ils ne se diront jamais : "Ha merde, si j'avais su."

Je le souhaite, mais j'en doute. Et grandement...

:: commentaires(7) ::

Vendredi 27 Mai

categories En fait Non. [12h08] En fait Non.

/images/champagne.pngAprès avoir longuement réfléchi, je pense qu'effectivement je me suis trompé. La France n'est pas prête pour cette constitution européenne.

Il reste dans ce pays beaucoup trop de souverainistes paranoïaques qui préfèrent finir tout seul dans leur bunker et leur carabine, ainsi que de communistes avares qui préfèrent crever plutôt que de lâcher 1 euro à leur voisin européen, même si ça leur permet d'en récupérer 3 demain.

Voilà ce que semble être une majorité de français. Des nombrilistes prétentieux, pensant qu'un non français peut changer la face du monde, et obliger tous ses voisins à se plier à sa volonté.

Ce texte, que beaucoup se targuent d'avoir lu, est flou et interprétable, voilà pourquoi chacun y voit tout et son contraire. Une constitution n'est pas une série de lois pour les années futures, c'est tout juste une orientation. Seules les lois à venir feront le quotidien de demain, pas la constitution. Elle est là pour justement protéger et empécher certaines lois extrêmement libérales qui à l'heure actuelle peuvent être voter dans le cadre du traité de Nice.

Si vous en doutez, demandez aux anglais pourquoi ils la refusent. Pour eux, cette constitution est clairement trop sociale.

Pauvre France.

Et encore, je ne vous parle pas ici, de cette grande majorité d'amis socialistes qui transforment ce référendum en conflit de personnes et qui préférent crever la bouche ouverte plutôt que de voter la même chose que leurs ennemis Chirac ou Sarkozy. Leur bétise leur ferait tuer père et mère si ça pouvait emmerder, ce serait-ce que d'un chouillat ce pouvoir qu'ils envient et exécrent à la fois.

Alors au vu de tout cela, je pense que la France n'est effectivement pas prête pour l'Europe, et que Dimanche, le premier à sabrer le champagne sera cet ami texan bien connu de l'autre coté de l'atlantique.

A moins que...

:: commentaires(5) ::

Samedi 16 Avril

categories Le Référendum des doléances. [16h38] Le Référendum des doléances.

/images/urne.jpgDès le lendemain de l'annonce du référendum du Traité de Constitution Europénne, comme ça sans réfléchir, je votais OUI.

Comment faire autrement après un an passé en Irlande à cotoyer toutes les nationalités européennes et même plus, et surtout après avoir vu tout le bien que l'Europe a pu apporter à l'Irlande en 10 ans.

Puis, comme je n'aime pas voter par principe, j'ai décidé, tout de même, de participer à des débats sur cette constitution, histoire (pensais-je naïvement) d'avoir des arguments pour prêcher autour de moi la bonne parole.

Loin de me persuader, ces débats ont fait germer au fond de moi un truc bizarre : Le doute.

- Il y a déjà eu l'Adoption de principe par le conseil européen de la brevetabilité des logiciels, alors même que la constitution renforce les pouvoirs du conseil.

- Puis il y a eu cet argumentaire qui consiste à dire que la France ne sera que d'avantage écoutée après la victoire du non.

- Enfin et surtout, il y a cette possibilité offerte de voter non pour freiner l'Europe, passée à mon goût trop rapidement de 12 à 25. Rapidité qui ne permettera certainement pas d'absorber la misére des pays de l'Est.

Ainsi, à l'issu de ces débats, c'était clair : C'était NON.

Puis une petite voix au fond de moi m'a pressé de réfléchir encore d'avantage à ce que je faisais. A prendre une feuille de papier et à y noter quelques vérités :

- Une constitution n'est pas une série de lois pour les années à venir, c'est un cadre dans lequel le pouvoir legislatif fera son travail. Social ou libéral selon les orientations politiques du parlement européen, c'est à dire selon les résultats des prochaines élections européennes.

- Les vertues sociales, écologiques et laïques voulues par beaucoup ne sont même pas dans la constitution Française.

- Les possibilités d'obtenir d'autres avancées sont quasi-nulles, ce traité étant le plus petit dénominateur commun ayant pu être trouvé entre tous les pays d'Europe. Dire non c'est laisser partir le train sans nous et rattraper inexorablement le wagon dans quelques années. La meilleure façon d'avoir le pouvoir de faire changer les choses et de ne pas laisser les autres décider sans nous, c'est d'accepter ce premier pas.

Mais surtout, comme dirait un de mes collègues insaliens : "Voter non, c'est être assimilé à tous ces [...] de beatnicks et autres communistes." ;)

:: commentaires(5) ::

Lundi 15 Mars

categories Dublin, Paris, Madrid [21h43] Dublin, Paris, Madrid

/images/europe_flag.jpgAu fil des mois ici, je me sens de plus en plus européen et de moins en moins français. Ho, j'aime La France, je suis fier de sa culture, respecteux de son histoire et je serais prêt à me battre pour défendre mon pays.

Cependant, si je devais obtenir demain la nationalité européenne au lieu de la nationalité française, tout en conservant mes origines et mes spécificités culturelles, je ne serais pas choqué. Etre un français européen comme peut l'être un breton français ne me révolterai pas le moins du monde.

Toutes les nationalités que j'ai croisées ici, la plupart européennes (mais pas seulement), m'ont fait prendre la mesure de toute ces ressemblances qui nous unient et de toutes ces différences qui nous enrichissent.

Les récents évenements, pour lesquels je n'ai pas de mots assez forts pour exprimer ma colère et ma tristesse, m'ont fait un peu plus réaliser tout cela : Je ne suis pas sûr que mes sentiments aient été différents si cela s'était produit à Paris ou Lyon, hormis l'angoisse que cela puisse toucher mes proches. Je me suis identifié à ces étudiants qui prenaient leur train tranquillement. Je le connais cet étudiant madrilène, j'en cotoye des dizaines ici, ça aurait pu être l'un d'entre eux, ça aurait pu être moi. Quelle différence ?

Heureusement, le début des festivités de la St Patrick me permettent de remettre mes oeillères et d'essayer de profiter de ma vie ici...

:: commentaire(1) ::

Vendredi 31 Octobre

categories Rien n'est fini. [15h11] Rien n'est fini.

/images/foule.jpgIls sont 80. Ils ne connaissent pas. Ces hommes et ces femmes ont tous entre 15 et 49 ans. Ils habitent tous dans un pays de l'Union Européenne. Ils savent qu'ils sont favorisés par rapport à la population du reste du monde. La majorité d'entre eux, ont un travail, font des études, habitent dans une grande ville européenne : Paris, Munich, Lyon, Londres, Barcelone, Bruxelles, Dublin, etc...

Ils rient, vivent, virvoltent. Ils sont 80, et plus de la moitié d'entre eux va ignorer pendant encore de longues années ce que ce jour avait de particulier pour eux, et continuer à vivre normalement.

Ils sont 80 et aujoud'hui ils vont tous être contaminés par le virus du SIDA.

Et demain, on en prend 80 autres, et on recommence...

Pensez-y.

:: commentaires(4) ::
précédents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
Page générée en 0.163 s s - 17 requêtes SQL (0.019 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1