Post-Eire - coeur d'expatriation
Blog
 Matrix   musique   optimisme   langue anglaise   télévision   Irak   vacances   voyage   grève   bush   monotonie   rupture   constitution européenne   romance de vie   geek   enseignant   mal du pays   interview   scolarité   sida   Madrid   femmes   tristesse   anniversaire   nostalgie   brevets logiciels   Freebox   Le Mouv'   rugby   Lyon   photos   ambition   fin d'expatriation   Irlande   Dublin   souvenirs   dos   8 décembre   passeport   self control   humour   Blogs Lyonnais   travail   blogosphère   retour d'expatriation   coeur d'expatriation   post-synchro   célibat   Red Box   The Darkness   amphi   Médias   soirée   St Patrick   paroles   parfum   futur   Erasmus   Noël   amour   Prague   Paris   alcool   séduction   calendar   bonheur   bus   cinéma   personnage   moment de vie   mon blog   loose   stage   rapports humains   fin de vie étudiante   couple    exs   liberté   écriture   cadeaux   Île de la réunion   foot   préparation d'expatriation   influence   famille   #echoes   europe   sexe   politique 

21 posts pour la cat�gorie 'coeur d'expatriation'

<< suivants

Dimanche 28 Mars

categories Réveil dans une petite chambre universitaire, quelque part dans Dublin. [17h03] Réveil dans une petite chambre universitaire, quelque part dans Dublin.

/images/freedom.jpgProfiter de sa jeunesse. Profiter pour ne rien regretter. Voilà ce qu'on entend au gré des conversations d'Erasmus. "Profiter". Ce verbe est brandi tel une excuse toute trouvée à tous les excès.

Il peut être encore plus vrai pour ceux qui clôturent définitivement leur scolarité. Mais comment ne pas être tenté ? Comment ne pas être enivré par cette liberté qui s'offre à tous ceux qui ont décidé de tout quitter l'espace d'une année ? Une remise des compteurs à zéro : Débarquer dans une ville inconnue avec personne pour vous juger, personne pour connaitre votre passé. Tout à refaire, tout à gagner. Vous devenez le seul juge de votre vie, porté par vos envies, en oubliant tout.

Quelle ivresse, quelle tentation.

C'est vrai, c'est beau et je ne regrette rien.

Attention cependant à ne pas tirer un trait sur un passé, sur des gens restés là bas. Ceux qui vous connaissent, ceux qui vous aiment, peut-être aussi ceux qui vous jugent, mais ceux qui comptent. Ceux que j'aime.

Vous me manquez tous...

J-10.

:: commentaire(1) ::
categories Enormisime [06h55] Enormisime

/images/kilt2.jpgJe pourrais aller me coucher. Mais je pourrais aussi vous parler de ce réveil difficile, vers 12h ce matin. Je pourrais vous parler de cette heure de trajet pour manger les meilleurs bagels de la région. Je pourrais vous décrire ces écossais envahissant la ville avec leur kilt et leur cornemuse. Je pourrais vous parler de ce départ vers ce pub bondé de français venus supporter leur équipe. Je pourrais vous faire écouter cette folle ambiance, et cette victoire tonitruante. Je pourrais tenter de vous choquer avec ces kilts relevés, seule réponse à l'éternelle question posée à chaque écossais. Je pourrais vous faire saliver avec ce délicieux 'chili con carne' pourtant sans haricot et cuisiné sur un coin de table. Je pourrais aussi vous parler de ce "vrai" DJ, si loin de ces stars superficelles de la nuit, cachés dans leur cage de verre à 10 métres au dessus de la piste de dance.

Je pourrais vous dire tout cela et beaucoup d'autres choses, mais la vérité restera bien au delà de tout ce que vous pourrez imaginer...

:: commentaire(1) ::

Mercredi 24 Mars

categories Hontable et Lamenteux [17h20] Hontable et Lamenteux

/images/star.pngVoilà 6 mois que je suis ici. Six mois à vivre sur mon petit nuage, à ne rencontrer que des gens bien, à ne vivre que des choses extraodinaires. Bref tout roule, tout coule. Je n'aurais pas pu rêver mieux.

Oui, mais voilà. Le bonheur, ça rend con, c'est bien connu. C'est ainsi que béa de naïveté, le sourire constant imprimé sur ma gueule, j'errais dans les rues de Dublin, quand la dure réalité, créee par des gens cons, éduqués dès leur petite enfance pour pourrir la vie des gens heureux, vint me claquer à la figure.

En effet, tout heureux de la nouvelle ligne Dublin-Lyon directe, ouverte par Aer-Lingus, je m'étais empressé de prendre des billets pour rentrer en France une petite semaine entre Noël et l'été. Billets à des prix très attractifs, mais bien entendu, ni remboursables, ni échangeables. Cela va de soit.

Puis, toujours accompagné de ma grande copine la connerie naïve, je m'aperçois que mon passeport vint à expirer mi-Mars. Pas de bol, il va falloir que je passe à l'ambassade pour faire corriger tout ça. En en parlant un peu autour de moi, on m'apprend qu'il suffit de proroger le dit-passeport pour le ralonger de 6 mois. Un simple coup de tampon :

[Rires à l'autre bout du téléphone] - Houlà, mais non. Ca fait bien lontemps qu'on ne proroge plus les passeports. Faut vous en faire faire un nouveau jeune homme. C'est 8 semaines de délai.

Vlan. L'impensable m'arrive. Je me retrouve bloqué en Irlande sans aucune possibilité de rentrer chez moi avec mon passeport périmé et ma carte d'identité me représentant à l'âge de mes dix ans, la raie au milieu et le beau col de chemise 80's dépassant de mon pull étriqué (périmée aussi depuis 4 ans). Le tout avec des billets d'avion non remboursables pour le vol de la première heure le 19 Avril.

Alors OK, je veux bien, je suis fautif. Se retrouver à l'autre bout de l'Europe avec des papiers d'identité périmés c'est pas très malin. Mais merde quoi. Je suis en Europe. La fameuse Europe qu'on essaye de construire, et je veux juste rentrer chez moi. Rien de plus.

Bref, brutalement descendu de mon nuage, je suis en train de lutter à droite à gauche, envoyant des mails, gesticulant, courant de bus en bus pour remplir tous les papiers possibles et imaginables pour établir mon passeport dans les plus brefs délais. Mission Impossible il parait, mais je vais essayer de garder confiance en ma petite étoile...

:: commentaires(10) ::

Vendredi 05 Mars

categories Yeux en ligne [20h50] Yeux en ligne

/images/stpatrick.pngNouveau semestre, nouvelles photos. Entre un anniversaire arrosé, un dimanche à Howth et un hiking enneigé, il y a de quoi faire. Et encore, je ne vous parle pas de ce que vous ratez...

Comme la rubrique photos dépasse dorénavant les 2000 prises de vue, j'ai ajouté une rubrique Best-Of, où j'ai mis les photos qui me tiennent le plus à coeur. Petite amélioration technique du site en passant, qui devrait être un peu plus rapide.

Après si vous voulez voir des photos de gens qui savent vraiment faire la photo et me préparent mon book (mhaha), vous pouvez allez voir chez un compatriote [Gallerie & Carnet de Route]

Tout ceci en attendant la St Patrick bien entendu. J-12 d'ailleurs.

:: commentaires(2) ::

Samedi 28 Février

categories Os court, os court ! Il manque ... [14h36] Os court, os court ! Il manque ...

/images/desir.jpgLes pupilles sont dilatées, les mains fébriles, les nuits agitées. La frustration du célibat se fait sentir parmis les Erasmus.

Alors que beaucoup de couples se forment et se déforment dans cet immense melting-pot que créent les nombreuses soirées, certains restent en marge. Volontairement ou invonlontairement.

L'envie de s'abandonner, de se livrer, d'avoir quelqu'un sur qui se reposer devient pressante. Ainsi, les prises de courage tardives des derniers mois, à l'arrivée de l'échéance du départ, devraient voir arriver leurs lots de couples tant attendus.

De là à faire le parallèle avec l'isolement des militaires, il n'y a qu'un pas. Mais heureusement, le sentiment de frustration sexuelle n'est pas aussi violent ici.

Quoique...

:: commentaires(2) ::

Mardi 17 Février

categories Finish it off ! [21h25] Finish it off !

/images/trolley.pngPremier plan. Une grande table couverte de récipients de toutes sortes: Gobelets en plastiques, pintes, bouteilles. Il semble y avoir d'avantage de liquide éparpillé sur la table qu'à l'intérieur des verres.
Tout autour une vingtaine d'irlandaises. Leurs joues écarlates tranchent avec leur teint blanchâtre habituel; leurs yeux sont tout aussi rouges. Elles rient, elles hurlent, elles chantent, font de grands gestes, et dévisagent tout être du sexe masculin qui passe à proximité.

Second plan. Cinq espagnols, ayant apparement bu suffisamment pour passer une bonne soirée et pas encore trop pour ne pas qu'elle dégénère, dansent, ou plutôt s'agitent en rythme. Ils rient aux larmes, le bruit ambiant ne semble pas les empêcher pour continuer leur discussion; moyennant l'utilisation bien connue du "Je hurle en direction de ton oreille, tout en te postillonnant à la gueule".

Troisième plan. Un bassiste, une (!) batteuse et deux guitaristes dont un chanteur s'essayent à reprendre certains des morceaux de rock et de hard rock les plus connus de ces dernières années. Tentative plus que réussie puisqu'elle commence par LE morceau, et que le chanteur est le sosie de darkblob.

Quatrième plan. Le mur derrière la scène est percée par une grande double porte ornée d'une veilleuse représentant un signe universellement connu d'un bonhomme blanc sur fond vert tentant d'échapper aux flammes. Afin d'évacuer la chaleur et la fumée du pub, les deux battants sont grand ouverts. Devant cette aubaine pour resquilleurs, un imposant vigil tente d'occuper l'espace. Il tourne le dos à l'extérieur, en profitant pour matter le décolletée de la batteuse.
Derrière lui, 4 irlandais tentent d'imiter Jackass en passant régulièrement dans un sens puis dans l'ordre, accrochés comme ils le peuvent à un caddie poussé à toute vitesse par un cinquième.

Plan large. C'est la Rag Week à Dublin City University. Cinq jours non-stop de beuverie et autres activités étudiantes. Le pub du campus ne désemplit pas du matin au soir, une grue de saut à l'élastique trône au milieu la pelouse principale et rares sont ceux qui connaissent encore la ligne droite pour rentrer chez eux au petit matin.

Depuis quelques semaines, j'avais ce doute en moi. Est-ce que ce second semestre ne serait pas celui de trop ? Est-ce qu'il ne serait pas qu'une pâle copie de 5 premiers mois déjà épuisés ? Le meilleur n'est-il pas derrière moi ? Aujourd'hui je n'ai toujours pas cette réponse, mais cette Rag Week me donne un sérieux coup de pouce...

:: commentaire(1) ::

Dimanche 25 Janvier

categories Bouh ! [12h07] Bouh !

/images/porterhouse.jpgEn fait j'ai peur. Oui j'ai peur pour le week-end prochain.

Vu que les irlandais finissent raides bourrés en semaine, à quelques milligrammes du coma éthylique en week-end, et dans le caniveau couvert de vomi pour leurs anniversaires, j'ai peur.

J'ai peur car je sens tout le stress qu'ils accumulent depuis un mois. A chaque fois que j'en parle avec eux, ils me décrivent tous la soirée de vendredi prochain comme la soirée de leur vie. C'est apparement la seule chose qui les motive pour bosser. Donc j'ai peur.

Hier soir j'ai pas eu peur. Non. Hier soir, je me suis autorisé une petite pause dans ma vie d'hermite mal rasé qui passe sa journée à faire des allers-retours entre son PC et ses révisions. J'ai voulu retrouver ces rues, cette ambiance, et ces pubs immenses. Bien m'en a pris. Soirée trés sympa, avec un groupe de rock extraordinaire. Pas un de ses groupes de teenagers, guitare sur les genoux, voix d'assexué et baggy sur les mollets, non un vrai. La quarantaine bedonante, un look travaillé, et des reprises des Rolling Stones, des Gun's 'n Roses et de U2 à en couper le souffle. C'était bon. C'est ce genre de moments que j'ai envie de capturer pour le montrer à tous ces gens qui me sont chers et qui sont restés loin, là bas. Pour pouvoir dire : "Regarde comme c'est hallucinant !", pour montrer tous les petits détails qui transforment ce genre de soirée en dépaysement complet, et en petits bonheurs de la vie.

Mais des moments pareils, ça ne se capture malheureusement pas, ça se vit...

:: commentaires(2) ::

Jeudi 08 Janvier

categories Stress indigne [11h38] Stress indigne

/images/stress.jpgMe voici de nouveau dans cet appartement 404 du campus de Dublin City University. Ces 15 jours passés en France, m'ont ressourcé, et me voilà reparti pour un nouveau cycle. Jusqu'à quand ? Nul ne le sait, toujours pas de stage signé, mais des pistes à concrétiser. Je n'ai définitivement pas le courage de quitter l'environnement construit ici dès la fin du mois, non, pas si tôt. Il va donc vraiment falloir que je signe quelque chose si je veux rester jusqu'en Juin...

Surtout que le mois qui s'annonce n'aura certainement rien de palpitant, à en croire l'état de stress dans lequel sont les gens ici, à quelques jours des examens. Tout le monde se jette sur les revisions, et refuse, tel un péché mortel, toute proposition de soirée. Je vais donc m'y mettre à mon tour à ces révisions, à défaut d'amis pour profiter dignement de ma jeunesse et de mon année Erasmus : ma bouteille de Passoa sur le bureau, je vais lire mes cours fraichement imprimés.

Quant à ce calendrier 2004 des blogueurs d'#echoes, il avance, il se termine même, et malgré un retard inexcusable, il devrait arrriver dans les jours qui viennent, croisez les doigts, préparez les mouchoirs.

Ha, j'oubliais : Bonne année à tous, et désolé pour ce silence de quelques jours, les journées en France ne font toujours que 24h.

:: commentaires(2) ::

Mardi 09 Décembre

categories Melting pot [17h35] Melting pot

/images/europe.gifLes photos de ce week-end de folie sont en ligne ici. Encore une fois des paysages à couper le souffle, un twister, des contrées extraterrestres, des nageuses du Dimanche et un bunny très funny.

Je ne sais pas combien de nationalités étaient présentes pendant ces 3 jours : Suédoises, Ukrainiennes, Sloveniennes, Espagnoles, Allemandes, Françaises, Belges, Irlandaises, tant de personnalités différentes pour s'apercevoir que rien n'est réellement différent dans cette europe pourtant si vaste.

Constatation naïve, mais lorsqu'on la touche du doigt, elle prend tout son sens.

Mes week-end sont donc décidement tous plus extraordinaires les uns que les autres depuis plusieurs semaines, le retour en France sera d'autant plus brutal, heureusement que cette chère université irlandaise pense à moi et m'a donné suffisamment de travail pour que le prochain week-end soit studieux ou ne soit pas.

:: commentaires(4) ::

Mardi 02 Décembre

categories Petit paradoxe du bonheur. [02h28] Petit paradoxe du bonheur.

/images/murphys.jpgDommage que l'eau n'était pas plus chaude, mais le soleil était au rendez-vous pour ce week-end dans le sud de l'Irlande.

Flaneries à Cork (Pays de la Murphy's), petit tour à Cobh (dernier port d'appel du Titanic), enivrement dans le parc du chateau de Blarney, cure d'iode au bord de la plage de la baie de Kinsale, et émerveillement devant les falaises de Garrettstown.

Mais aussi premiers départs, et premiers avertissements sur l'éphémère de tout ceci. Les souvenirs resteront mais les gens s'éloignent déjà.

Des week-end à vous donner des envies de kidnapping pour obliger tout le monde à rester et à prolonger des moments comme ceux là...

:: commentaire(0) ::

Vendredi 28 Novembre

categories Charme Passif [06h23] Charme Passif

/images/redbox.jpgJe sais bien que comme tout lieu que je fréquente trop régulièrement, je vais m'en lasser un jour ou l'autre. Mais j'aime vraiment bien cette boite. Entrée libre, consommation à des prix défiants toute concurrence et musique acceptable. (Trouvez moi une boite en France, à entrée gratuite, et où la pinte de Heineken est à 2€50 ?).

En plus, j'ai réussi à contrôler mes automatismes qui m'agaçaient tant la semaine dernière, j'ai vraiment pris du plaisir à discuter avec les gens, et à rire avec eux des coutumes irlandaises ...

Je suis cependant toujours surpris de l'évolution des rapports humains, comment telle ou telle personne, avec qui vous ne vous trouviez que si peu d'affinités au premier abord peut devenir si proche de vous quelques semaines plus tard; voir ces deux là, qui n'avaient apparement rien en commun se rapprocher, observer comment ils peuvent énamer charme et sensualité alors qu'ils étaient si neutres et fades il y quelques semaines ; constater que d'autres gâchent leurs quelques mois d'étudiants Erasmus en brassant du vent ou en se fixant des buts inaccessibles, mais indétournables...

Qu'il est bon de vivre ici, même si ce vide immense, qui ne cesse de s'accroître depuis mon départ, n'a pas de remède ici, même si j'aimerais tant partager tout ceci avec ceux que j'ai laissé à Lyon, et même si le départ, dans quelques semaines, de toute cette petite troupe belge va me briser le coeur, je ne renoncerai pas à une prolongation d'encore quelques mois de cette vie ici...

Il ne manque donc plus que ce stage, objectif numéro des semaines à venir !

:: commentaire(1) ::

Mercredi 26 Novembre

categories Angoisse anglophonique. [03h52] Angoisse anglophonique.

/images/understand.gifUne des motivations, voire certainement la motivation première de mon année d'échange était mon niveau de langue. J'ai toujours été une catastrophe pour ce qui est de l'apprentissage des langues, et ce, bien que mes seules expériences aient été avec l'anglais et l'allemand. Rien de tel, donc, pour moi, qu'une petite année dans un bain anglophone.

De plus, les gens partis avant moi m'ont tous dit la même chose : "Houlà, tu vas ça va vite, en quelques semaines t'es bilingue". Ouais, j'étais vraiment pas convaincu mais puisqu'ils avaient l'air sûr d'eux, et aussi unanimes, pourquoi ne pas faire confiance aux autres, pour une fois dans ma vie. Bref, voici 2 mois et demi que je suis ici, et bien que mon immersion soit loin d'être totale, au vu de la forte proportion francophone en présence, fait est de constater que les progrès ne sont pas fameux.

J'ai pu amérement le constater durant les dernières 72h qui ont consistées à terminer mon premier projet depuis mon arrivée. Pour ce qui est du code, j'ai pu m'en sortir, mais en ce qui concerne le rapport, c'était vraiment démoralisant, même si le manque de sommeil peut être une circonstance atténuante, j'ai vraiment du mal.

La magie des nouvelles technologies et une bilingue sous la main (merci de sa patience d'ailleurs) ont pu dégrossir la bête mais tout de même, pour quelques malheureuses lignes, que de travail ! Je commence vraiment à angoisser pour mes prochains projets dont la taille doit avoisiner les 3000 mots, même avec la meilleure volonté du monde je ne sais comment je vais m'en sortir.

D'où mon second problème : Mon stage ici. Si ma décision est prise de rester, quand n'est-t-il des mes opportunités ? Laboratoire, Entreprise ?

Comme ils disent ici, "Wait & See", mais bon, tout de même, on va pas wait trop longtemps...

:: commentaires(4) ::

Vendredi 21 Novembre

categories Décrassage [05h52] Décrassage

/images/redbull.gifBien que la soirée est mal commencée, la suite des évenements avait tout pour me réjouir. Plus de malaise, plus de questions, tout est clair, tout est limpide.

Quelques vodka redbull, ce joli accent francophone venu du nord ainsi que l'ambiance "open bar" du Red Box m'ont permis de clore definitivement ce passage à vide. Nouveaux buts, nouveau contexte, nouvelles perspectives tout va pour le mieux.

Plus de 2 mois maintenant que j'erre dans les rues de Dublin, 2 mois et déjà beaucoup de souvenirs. Certains resteront définitivement gravés dans ma mémoire: De magnifiques visions, de trés belles sensations, des moments uniques de liberté et de plaisir. Savoir passer à autre chose, savoir savourer ce dernier mois d'insouciance, avant le retour temporaire en France.

Un horizon plus que séduisant, donc, que je vais m'empresser de ne pas perdre de vue...

:: commentaire(1) ::

Jeudi 13 Novembre

categories Delayed [16h58] Delayed

/images/family.jpg8ème. C'est la 8ème fois que mes pieds foulent le sol de l'aéroport de Dublin en moins de 2 mois. Beaucoup fuient ces lieux, synonymes bien souvent de mauvais souvenirs, d'adieux traumatisants ou de retours de vacances déprimants. Le phénomène est bien entendu accentué dans un aéroport, par rapport aux gares, où les distances et l'éloignement sont souvent plus supportables.

Le paradoxe est étrange : Des moments d'intimité forts, des larmes camouflées avec peine, des sourires qui en disent longs, deux mains qui se détachent au dernier moment, accompagnées d'un dernier baiser volé au dessus d'une rambarde de sécurité. Tant d'intimité et d'émotion, au milieu d'un lieu publique et anonyme en devient presque de l'exibition. Un reality show de tous les jours.

Mon dernier trajet en date a été pour cette demoiselle, au parfais accent britisho-vaudois, venue visiter la capitale de la Guinness, sachant qu'elle n'en boira probablement pas une goutte...

Qui sera le prochain ?

:: commentaire(1) ::

Jeudi 06 Novembre

categories Vite ! [10h28] Vite !

/images/forget.gifLes jours qui viennent de s'écouler ont été sans post. Pourtant le week-end dernier était riche en émotion, car comme chacun sait, il s'agissait d'Halloween, qui a certainement été d'avantage fêté ici qu'en France. Si on ajoute à ceci, le fait que 2 charmants gai-lurons lyonnais sont venus me rendre visite dans mon brouillard dublinois, on obtient des journées bien chargées.

Les photos d'Halloween seront bientôt en ligne, et elles valent certainement un post à elles toutes seules.

Mais pour l'heure, quelques mots sur l'environnement ambiant ici, qui semble décanter. Le temps de l'euphorie du dépaysement est passé, le rythme des soirées beauverie se ralenti, soulageant ainsi mon foie et mon banquier. J'en avais presque oublié que mes 14heures de cours par semaine, allaient aussi me générer d'autres heures de travail personnel.

La vie se décante mais l'important reste. Cette sensation de liberté, d'être ici à des milliers de kilomètres du lieu ou j'ai passé mes 22 dernières années. Je vis certainement ma dernière année avant une vie de con qui me tend les bras : Mon diplome sous le bras, métro boulot dodo, et nostalgie de ma vie estudiantine. Dernière année étudiante, alors pourquoi ne pas tout oublier ? Pourquoi ne pas vivre à 200km/h en se moquant de toutes les conséquences ? Vivre ici en permanence dans un état second pour ne rien regretter ? Pourquoi pas, je sens que ça vient...

Tout oublier, sauf l'essentiel... Allons-y.

:: commentaires(6) ::

Jeudi 23 Octobre

categories Go ! [20h00] Go !

/images/go.jpgC'est bien connu, on se rend compte des choses qui font notre bonheur lorsque justement on ne les possède plus.

Je pensais pouvoir me passer de ces futilités de la vie, ces petits trucs qui entouraient mon quotidien... Or c'est sans doute ce genre de choses qui m'ont le plus manqué durant les semaines qui viennent de s'écouler.

Mais depuis quelques jours, les événements glissent sur moi sans m'affecter, ou plutôt j'arrive à ne prendre que le positif des situations. Le bonheur d'un instant ne tient parfois qu'à une nouvelle rencontre, une nouvelle personnalité, un regard...

Bien dans mes idées, je commence réellement à prendre mon pied ici, alors que d'autres se lassent, moi j'arrive. J'ai mis du temps, mais on ne choisi pas non plus les évenements qui rythment notre vie.

Dublin, à nous deux...

:: commentaire(0) ::

Mercredi 22 Octobre

categories Un de plus... [02h02] Un de plus...

/images/caress.gif10h12. La sonnerie aggressive de l'interphone me sort de ma concentration. Vu mon état pâteux et matinal, je n'ai pas spécialement envie que les yeux de quelqu'un se posent sur mon t-shirt publicitaire et mon caleçon baillant. Je fais mine de rien, et prie interieurement pour qu'un de mes collocs aille ouvrir.

Merde, pas une réaction dans l'appart' malgré le rappel insistant. Je me résoud à me lever, tout en réduisant l'effort au minimum, j'ouvre sans rien dire, mon anglais est particulièrement inefficace le matin. J'entrebaille la porte et retourne à mes travaux informatiques.

"Y'a quelqu'un ?"

Mon coeur double d'un seul coup sa fréquence de pulsation ... cette voix...

Je me précipite hors de ma chambre ... c'est bien elle ... elle ne dit rien, ses yeux en disent plus long. Elle sourit, un sourire gêné, mais tout aussi explicite. Tel un animal, elle aggrippe ma bouche avec la sienne et dans un même mouvement elle claque la porte du talon.

Elle me pousse contre la porte de ma chambre tout en remontant ses mains de chaque coté de ma nuque. Lorsqu'elle glisse ses doigts dans mes cheveux nous sommes déjà allongés sur ce lit où j'ai si longtemps rêvé de la retrouver...

Tout le reste n'est alors qu'effluves, parfums enivrants et regards plissés de plaisir... C'est si bon de la retrouver enfin... Plus rien n'a d'importance, à part elle...

La fin de cette histoire n'a rien d'original, reveil, emmergeance d'un rêve qui semblait pourtant si réel. Mais le manque d'originalité n'a rien d'apaisant... Elle me manque, je n'en peux plus...

:: commentaires(3) ::

Samedi 18 Octobre

categories Ready ? [14h30] Ready ?

/images/bubbles.jpgTous les gens ici ont bien conscience de vivre une aventure qui les marquera toute leur vie. Peu se connaissaient de longue date avant de venir ici, chacun possède donc un passif, une vie dans son pays qu'il ne peut partager ici.

La grande valse du jeu social est passée, ces personnalités qui telles des bulles en apesanteur s'entrechoquent et repondissent les unes contre les autres sans jamais éclater sont en train de lasser.

Rares sont ceux qui ont encore l'envie de rencontrer des nouvelles personnes pour bâtir une nouvelle relation éphèmére. Non, les gens ressentent un besoin d'une relation profonde, forte et dans laquelle ils pourront se libérer, se poser, être eux-mêmes.

Ce matin, je me reveille avec le sentiment d'avoir passé une étape. Je suis serein, heureux d'être ici. Beaucoup de choses sont claires, alors qu'elles ne l'étaient pas depuis plusieurs jours, car au fond je suis sûr de moi, de mes choix, de ma vie et des mes nouvelles résolutions.

Ça va chier, rentrez les gosses...

:: commentaire(0) ::

Mardi 14 Octobre

categories Et pourtant... [12h43] Et pourtant...

J'attends. Il fait nuit depuis quelques heures, et la rue est vide. Je m'adosse contre un lampadaire qui borde la route.

Je n'attends personne, je n'ai juste pas l'envie de rentrer chez moi. Le vent souffle un peu, mais ce n'est pas désagréable.

Je repense à toutes ces choses qui perturbent mes jours et mes nuits depuis quelques temps. Je tente de les remettre dans un ordre raisonnable et reposant pour ma conscience...


Je ne sais pas depuis combien de temps je suis là, mais j'entends des éclats de voix au loin. Une petite troupe d'irlandaises vient dans ma direction. Arrivées à ma hauteur, elles me devisagent en baragouinant quelques mots d'argots, certainement surprises de voir un être humain dont le taux d'alcool dans le sang lui permet de rester encore stoïque.

Elles s'en vont, et j'en profite pour faire les 50 derniers mètres en direction de mon appartement. Killian ne dort pas encore, il regarde un "stupid movie" comme il dit. On discute quelques minutes, il est vraiment sympa ce type. Surpris de voir que sous ses allures de grand bourru sportif, il n'en reste pas moins un grand sentimental.

Je vais me coucher. Mon lit pourtant pas très grand me semble vide. Aucune chaleur humaine, aucun parfum, aucune douceur ne vient m'envahir lorsque je me glisse sous la couette.

Je m'endors pourtant, les idées pleines de vie, et le coeur remplit...

:: commentaire(0) ::

Dimanche 12 Octobre

categories Un ange passe... [19h56] Un ange passe...

/images/plume.jpgPetite ballade hier avec le club Hiking (randonnée) de mon Université. Très sympa, très beaux paysages, mais la fatigue s'est vite fait ressentir le soir venu.

Fatigue qui m'a d'ailleurs un peu transformé: J'ai été incapable de raisonner, j'ai parlé sans réelement penser ce que je disais et d'autres conneries qui ont fait que je n'étais pas vraiment moi même et que j'aurais sans doute mieux fait de la fermer.

C'est très troublant pour moi d'affronter autant de sentiments que je pensais d'un autre âge, de rencontrer autant de personnalités différentes dont les masques tombent peu à peu, au fil des jours. Beaucoup semblent un peu perdu malgré le jeu qu'ils se doivent de jouer. En effet, un mois, cela commence à faire long pour continuer à vivre sans repère, sans confident, et sans âme soeur à qui se confier.

Quelque chose change ici, et moi un petit ange me manque ce soir...

:: commentaire(0) ::

Samedi 04 Octobre

categories Ça devait bien arriver... [21h00] Ça devait bien arriver...

Partir,

Partir loin de chez soi, tout laisser derriere.

Je vivais dans ma bonne ville de Villeurbanne, ma vie depuis 22 ans était rythmée au sein du même environnement. J'ai crée ma vie là bas, mon coeur, mes sentiments et tout mon être sont dans les murs de cette ville, et rien ne pourra les déloger.

Voilà bientôt 3 semaines je vis à Dublin. Tout est à reconstruire. Je rencontre des personnalités nouvelles, une culture différente et un mode de vie innovant pour moi. Les journées passent très vite, mon anglais s'améliore tant bien que mal, et je trace peu à peu ma toile, tout en sachant ce que tout cela possède d'éphémère...

Il fait bon de respirer un nouvel air, même si ce départ a laissé un vide, que je ne pourrai remplir sur le sol Irlandais, les gens ici me permettent de vivre une expérience unique, et sans aucun doute inoubliable.

Merci à eux.

:: commentaires(4) ::
précédents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
Page générée en 0.038 s s - 33 requêtes SQL (0.003 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1