Post-Eire
Blog
 fin d'expatriation   retour d'expatriation   couple   vacances   Lyon   Dublin   grève   mon blog   futur   constitution européenne   europe   Irlande   St Patrick   Noël   geek   Paris   musique   rugby   paroles   sexe   politique   souvenirs   ambition   humour   #echoes   sida   Matrix   fin de vie étudiante   liberté   alcool   loose   The Darkness   dos   Île de la réunion   écriture   tristesse   langue anglaise   amphi   femmes   Erasmus   nostalgie   8 décembre   bush   interview   célibat   travail   monotonie   personnage   Red Box   influence   passeport    exs   famille   rupture   optimisme   post-synchro   blogosphère   cadeaux   préparation d'expatriation   photos   mal du pays   coeur d'expatriation   brevets logiciels   romance de vie   moment de vie   foot   rapports humains   Blogs Lyonnais   Le Mouv'   séduction   enseignant   soirée   Freebox   cinéma   Médias   Prague   bus   télévision   scolarité   anniversaire   Irak   stage   bonheur   Madrid   calendar   amour   voyage   self control   parfum 
<< suivants

Lundi 14 Juin

categories Valeur ajoutée de la semaine dernière. [10h06] Valeur ajoutée de la semaine dernière.

post-synchro II est lancé, les photos des dernières semaines sont en ligne. Peut-être les dernières. Certains paysages vont définitivement me manquer, certaines photos me donnent le vague à l'âme, d'autres le vertige...

:: commentaire(0) ::

Jeudi 10 Juin

categories Meteo [19h23] Meteo

:: commentaires(7) ::

Mercredi 09 Juin

categories 18 Jours. [18h34] 18 Jours.

/images/sunburn.pngDans exactement 18 jours je serai dans mon avion pour la France (normalement), je saluerai ce beau pays qu'est l'Irlande pour m'avoir accueilli pendant un peu plus de 9 mois.

Mais avant encore un dernier élan : Un déménagement en centre-ville, un nouvel environnement, des nouveaux collocs, certainement une de mes dernières excursions irlandaises le week-end dernier, mon premier coup de soleil irlandais, un stage qui se termine, une recherche d'emploi qui débute, et tout ça sous la canicule irlandaise : 22°C.

Une température idéale, malgré le fait que les irlandais trouvent cela trop chaud (!). Suffisante pour sortir en T-shirt, et pas trop chaude pour ne pas souffrir des odeurs corporelles de votre voisin dans le bus.

Si la canicule française vient à se généraliser dans les années à venir, l'irlande va devenir la destination idéale de mes vacances estivales.

:: commentaires(8) ::

Jeudi 03 Juin

categories Pour elle et tous les autres. [18h43] Pour elle et tous les autres.

/images/tear.pngVous connaissez cette odeur de terre mouillée. Cette odeur qui s'exalte lors des premières gouttes de pluie après une belle journée ensoleillée. Le sol bien sec et encore chaud s'évapore à travers cette odeur caractéristique.

J'adore ces moments. Un savant mélange de sentiments entre le danger de l'averse qui s'annonce, les gens qui courent s'abriter, mais aussi ce plaisir de fraîcheur lorsque la chaleur est étouffante, cette pluie tant attendue qui arrive enfin...

Hier ce n'était pas des gouttes de pluie mais bel et bien des larmes qui coulaient sur ses joues écarlates. Le rayon de soleil des Erasmus de Dublin s'en est allée, et la fin du rêve n'est jamais apparue aussi proche.

Un savant mélange de sentiments entre le départ annoncé et le plaisir de retourner parmi les siens, diront certains. Sauf qu'il était loin de faire trop chaud à Dublin...

Plus d'une semaine que le vase des départs se remplit. Hier, il a débordé.

Tchao Mimi...

:: commentaires(5) ::

Mardi 01 Juin

categories La pilule brésilienne. [15h32] La pilule brésilienne.

/images/pill_plane.pngH-48 - 1h (GMT-4)
Ses doigts de pieds se crispent, une boule de plaisir part de son bas ventre pour exploser sous sa boîte cranienne. Il vient de jouïr. Mon Dieu que c'est bon. Il la regarde, elle sourit, il a du mal a réaliser. Il ne sait pas trop comment tout cela est arrivé mais c'est indéniable maintenant. Ils sont là tous les deux dans sa petite chambre universitaire de l'université de Rio de Janeiro.

Bientôt huit mois qu'il est arrivé au Brésil pour une année d'échange universitaire. Il l'a connu dès les premières soirées, mais elle lui a rapidement parlé de son copain qui l'attend en France. Alors il a flirté avec d'autres, à droite à gauche, il s'est bien amusé, il mordu à pleines dents dans cette année loin de chez lui. Son célibat de plusieurs années a été balayé en quelques semaines.

Mais lorsqu'elle s'est rapprochée de lui, qu'elle lui a avoué qu'elle était jalouse, il n'a pas pu résister, il s'est laissé tenter. La soirée alcoolisée d'hier a sans doute aidé à tout cela, mais nul doute qu'ils avaient tous les deux bu dans ce même objectif.

"Merci", vient-elle de lui murmurer à l'oreille. Il ne comprend pas trop pourquoi elle le remercie, mais il sourit. Il l'embrasse furtivement, puis essaye de se retirer avec dignité pour ôter ce bout de latex qu'il a eu tant de mal à enfiler.

"Ho merde !".

La capote n'a servit à rien, imperméabilité nulle, déchirure totale.

H-38 - 11h (GMT-4)
Ils ont pourtout eu beaucoup de présence d'esprit, mais ça n'a servit à rien. Lorsqu'elle lui a dit qu'elle avait arrêté la pilule depuis plusieurs mois, il a senti l'angoisse monter. Lorsqu'elle a réalisé qu'elle était en plein milieu de son cycle, ils se sont rapidement habillés.

Mais rien n'y fait. Aucune possibilité d'obtenir une pilule du lendemain. Avec leur portugais hésitant et leurs grosses lacunes en vocabulaire médical simple, ils ont compris que les seules possibilités d'obtenir cette contraception d'urgence s'effrondaient avec leur status d'étranger. Et ce, malgré la gentillesse et la compassion de la dernière pharmacienne rencontrée.

Elle fond en larmes, elle lui décrit les pires scénarios catastrophes, et finit par lui dire qu'elle n'a aucune intention de quitter son copain en France, et qu'une grossesse serait une catastrophe familliale et scolaire pour elle.

Il n'en mène pas large non plus, mais cette pression sur ses épaules lui fait trouver une solution imparable, géniale. Un déclic. Il lui explique, elle séche ses larmes, elle y croit.

H-33 - 21h (GMT+1)
Jeannot est heureux. A poil dans sa salle de bains il se prépare pour sa soirée. Il ne connait pas trop le type qui fête son anniversaire, il s'est même un peu incrusté, mais bon, un 150m² dans le XVIème, c'est pas comme s'il allait déranger.

Surtout qu'il sait qui il y verra : en plus de la bande habituelle, Maud sera sans doute là. Belle jeune femme rousse, nulle doute qu'elle lui a fait du rentre dedans l'autre soir... même si elle en a un peu fait à tout le monde. Mais cette fois, il ne laissera pas passer sa chance. Il va chercher son shit d'ailleurs pour se donner du courage.

"1 nouveau message". Il n'a pas entendu son téléphone sonner sous la douche : "C sam, rappelle moi au + vite stp.très urgent.c la cata ici!!".

Putain, il est déjà en retard et il faut qu'il appelle son pote d'enfance au Brésil maintenant. Il fait chier Sam.

Pendant qu'il cherche sa carte prépayée 'low fares' d'une main, il se met un coup de déo de l'autre...

H-31 - 23h (GMT+1)
Jeannot a la rage. Il a perdu plus d'une demie-heure en scooter à chercher cette connerie de pharmacie de garde. Le coup de fil à Sam a ruiné sa soirée. Au lieu de ça il se retrouve à courir dans les couloirs de Roissy afin de trouver la porte d'embarquement du prochain vol pour Rio. Sam a toujours été plus doué dans les études que lui, et il n'y qu'un connard comme lui pour trouver des plans aussi tordus pour pourrir la soirée des gens : Trouver un passeur à l'aéroport pour qu'il puisse récupérer sa pilule du lendemain dans 12h.

Parce qu'évidemment, non content d'abandonner son pote à Paris pendant un an pour se barrer à l'autre bout du monde, faut encore que bibi sauve ses plans-baise foireux.

Il arrive trop tard, il a pourtant speedé comme un malade, mais le message sur les écrans de Roissy est clair : "Embarquement fermé". Il demande à droite à gauche la destination des gens, mais personne pour Rio, il rentre. Il envoye un texto d'echec à Sam, et tente de calculer s'il a encore le temps de passer à la soirée. Un plan baise, même foireux il dirait pas non le Jeannot ce soir. En plus il a une pilule dans son sac...

H-22 - 5h (GMT-4)
Elle est à bout de nerf. Elle est en train de passer en revue sur Internet les avions qui pourraient encore la sauver. Quelle conne. Elle s'en veut à mort : tromper son mec avec le premier venu, elle est bien punie. En plus, ce type est totalement irresponsable, il argumente sur des probabilités gynécologiques alors qu'il sait à peine comment tout cela fonctionne. Sa seule bonne idée a été de penser au coup du passeur, il a juste fallu qu'il ait un empafé de pote pas foutu d'arriver à l'heure à l'aéroport...

Bingo, elle a son vol. Sa dernière chance. Un autre avion décolle dans 5 heures de Paris - Charles de Gaulle.

H-19 - 13h (GMT+1)
Pour la deuxième fois en moins de 12heures, Jeannot est à l'aéroport. Cette fois-çi il est dans les temps, même un peu en avance. Il observe les passagers pour proposer son colis spécial à une bonne tête. Mais pour l'instant il ne croise que des couples du troisième âge. Il tente tout de même sa chance.

Refus. Poli, mais on lui fait comprendre que la confiance n'y est pas. Il réessaye. Refus. Moins poli cette fois. Il retente. Ignorance. Il insiste. Agaçement. Il commence à se faire remarquer par les types de la sécurité.

Il aperçoit une hôtesse, il y va au culot. Elle prend bien le bon avion, il lui explique la situation. C'est une jeune femme, elle semble compatir. Elle hésite, elle demande à voir la boîte. Puis arrive ce stewart. D'un ton autain il demande ce qu'il se passe, elle lui explique en deux mots. Il baragouine une phrase sur vigi-pirate, et conseille fortement à l'hôtesse de refuser. Elle fait une moue d'excuse et passe le portique avec l'autre connard.

Les passagers sont presque tous passés. Un second vol se mélange alors à la fil d'embarquement. Il se fait discret, il retente sa chance. Refus encore. Dépité, il s'éloigne et retourne à l'enregistrement. Au cas où.

A coté du guichet, une jeune fille attend. Guide du routard qui dépasse du sac à dos bondé, cheveux en bataille, salopette de voyage. L'adolescente routarde typique. Il s'approche d'elle, lui explique. Elle sourit, elle est d'accord mais, un gros mais, elle n'a qu'un billet ouvert. Elle ne sera qu'au dernier moment si elle peut prendre ce vol.

Il s'en fout, il n'a plus le courage de chercher quelqu'un d'autre. Ca sera elle ou ça ne sera personne. Il l'invite à prendre un café. Dans une heure ils seront fixés.

H-17 - 15h (GMT+1)
Il reste une place, elle se dépéche. Il lui explique rapidement les modalités à l'arrivée. Elle file. Il remonte sur son scooter, met son walkman, il est heureux. Il n'a pas vu Maud hier, mais il s'en fout. Il sort son téléphone : "Mission de l'agent Jeannot réussie.Le colis arrivera dans 12h à Rio.Elle est blonde,elle a une salopette bleue,elle est belle.Bon courage ma poule,n'hesite pas si t'as encore des plans foireux de ce genre.++".

[Cette histoire est absolument réelle et s'est déroulée il y a quelques semaines. Seuls les lieux et les personnes ont été changés afin de conserver leur anonymat.]

:: commentaires(48) ::

Mercredi 26 Mai

categories Mutation estivale. [13h22] Mutation estivale.

/images/dublin.gifLes étudiants quittent Dublin. Les voitures attendent en bas des résidences, coffres plein, tandis que les pères irlandais, roux et trapus, descendent les cartons les plus lourds par les escaliers, comme pour montrer que malgré le fait que leurs fils fassent des études et qu'ils les dépassent de plus d'une tête, ils sont toujours les plus forts à la maison.

Les étudiants quittent Dublin, et repartent pour la plupart dans leurs campagnes irlandaises respectives: Limerick, Letterkenny, Kilkenny, Wexford, Cork, etc...

Ils sont remplacés par le flot de touristes de toute l'europe venu visiter ce beau pays. Ces touristes qui se croient seuls représentants de leurs langue maternelle et qui prennent un malin plaisir à parler et à rire très fort dans le bus ou dans la rue.

Dublin la vraie s'effeuille, Dublin la touristique se dévoile.

Les Erasmus partent aussi, une fois de plus. Le uns après les autres, aujourd'hui c'est elle, demain c'est lui, après demain c'est eux, ainsi de suite, jusqu'au 7 Juin, date à laquelle il ne restera pour m'accompagner qu'une poignée d'irréductibles Erasmus, bien décidés à passer l'été dans le pays le plus vert d'Europe.

Mais autant de départs, rime avec autant de soirées. Grossier subterfuge alcoolisé pour nous détourner de notre peine. Je vais essayer de tomber dans le piège.

:: commentaires(14) ::

Samedi 22 Mai

categories Hidden Weblogs. [13h31] Hidden Weblogs.

/images/blogmsn.pngA y regarder de plus près, tous les recoins du web sont prétextes à des weblogs cachés. Tout est détourné, tout devient sujet à parler un peu de soi. Le moindre forum comporte sa rubrique "Divers" ou "Bla-Bla" où on y retrouve une poignée d'irreductibles parlant d'eux, ça et là à travers quelques posts.

Même chose dans les commentaires de sites très visités. Les commentaires de TF1 par exemple où des habitués laissent tous les jours leur avis sur l'actualité, parlant le plus souvent de leurs expériences personnelles. Ou même certains weblogs où l'on peut connaitre tout autant la vie de certains lecteurs qui laissent régulièrement des commentaires sur chacun des posts.

Mais le plus original, et surtout le plus inattendu sont sans doute les pseudos MSN à rallonge. Les gens s'en servent très souvent pour décrire leurs humeurs du jour, et le change très régulièrement.

Pour toutes ces raisons, je pense que le phénomène du weblog n'est pas près de se tarir, au fur et à mesure que les gens vont découvrir le Net, le weblog deviendra forcément séduisant : Du pseudo MSN à Blogger, il n'y a qu'un pas.

Peut-être simplement que la population avant-guardiste de geeks se réduira, mais nul doute qu'ils se dirigeront les premiers vers le prochain phénomène du web...

:: commentaires(10) ::

Vendredi 21 Mai

categories Nouveaux départs ? [13h49] Nouveaux départs ?

Nouvelle Playlist, nouveau post-synchro, très bientôt nouveau projet-php-geek-blog-avec-template-et-tout. Bref, beaucoup de bon, mais ne vous étonnez pas si les posts se font rares jusqu'à Lundi, grosses fêtes de départ obligent.

(Mais moi je reste... )

:: commentaire(1) ::

Mercredi 19 Mai

categories Unanarchy [02h22] Unanarchy

/images/guignol.pngJ'ai le mal du pays. La France me manque. Mais beaucoup de choses me retiennent encore ici.

L'une d'entre elle est le calme, une certaine approche de la sérénité que je n'éprouve pas en France. Peut-être est-elle dûe au fait qu'on ne m'insulte pas ici parce que, non, je n'ai pas de cigarette à te donner. Ou peut-être parce que je n'ai pas à me sentir mal à l'aise pendant que les 3 gamins de 14 ans sont en train de graver les vitres du métro et de planter leur canif dans les siéges, juste là au fond du wagon. Peut-être qu'ici je n'ai pas à risquer le poing dans la gueule en te disant que non, elle n'a pas envie de t'embrasser, elle ne te connais pas, elle est juste terrorisée et ton bras autour de son cou et ta main sur sa cuisse n'arrange rien. Peut-être parce qu'ici ma colloc' peut rentrer toute seule à 3 heures du matin sans avoir à s'inquiéter de se faire emmerder malgré sa mini-jupe à en faire palir de jalousie les filles de joie française. Peut-être parce que tout ceci sont les seules choses que les irlandais ont eu à reprocher à la France lors de leurs passages touristiques ou Erasmus.

Alors lorsque je lis qu'on dénonce les bavures, comme si elles n'avaient jamais existé et qu'on s'indigne, comme si la généralisation était évidente et qu'aucune profession ne souffrait de brebis galeuses, je me rassure en me disant que l'objectivité politique du journal en question reste à prouver et que personnellement, à choisir entre une police trop efficace à une police trop peu efficace, au vu de certains événements (et ), selon moi beaucoup plus choquants, mon choix est vite fait.

:: commentaires(39) ::

Samedi 15 Mai

categories Moral solaire. [16h45] Moral solaire.

/images/happysun.gifRetard de projet et retour en France approchant, je me suis pour la première fois rendu sur mon lieu de stage un Samedi. Journée magnifique qui m'a tout de suite fait du bien au moral et m'a permis de recharger les batteries à plat depuis quelques jours. Pouf pouf.

Mon bureau se situe au coeur de la plus grande université d'Irlande. Quelques batiments austères mais beaucoup de modernité et surtout un lac artificiel en plein centre du campus, avec des vrais cygnes et des vrais canards. C'est con, mais ça a de l'effet sur moi, surtout lorsque le soleil est au rendez-vous. Coin coin.

En me baladant dans l'université pour ma pause déjeuner (exactement ici, le long du lac), j'ai réalisé que ce week-end tombait au beau milieu des deux semaines d'exams de fin d'année. Encore beaucoup de monde à la bibliothèque, mais certains profitent du soleil : Match de foot mixtant élèves et enseignants, farniente et potins allongés dans l'herbe, ou sieste à l'ombre d'un arbre. zZz zzZ.

Aujourd'hui j'ai pris mon billet retour pour la France. Mon aventure Erasmus prendra officiellement fin le 27 Juin 2004 à 12h25. Mais l'immense majorité des départs a lieu dans moins de 2 semaines maintenant. Je n'ai aucune idée de ce que ce mois de Juin me réserve, et c'est tant mieux. Poil au nez.

:: commentaires(2) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
Page gnre en 0.248 s s - 21 requtes SQL (0.137 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1