Post-Eire
Blog
 nostalgie   8 décembre   sexe   famille   mon blog   femmes   Blogs Lyonnais   fin d'expatriation   écriture   rugby   self control   rapports humains   cadeaux   mal du pays   europe   alcool   St Patrick   Dublin   préparation d'expatriation   influence   #echoes   parfum   The Darkness   constitution européenne   personnage   Irak   Irlande   bonheur   Île de la réunion   Prague   Médias   enseignant   moment de vie   Madrid   séduction   bus   politique   musique   tristesse   futur   fin de vie étudiante   interview   photos   Noël   Lyon   soirée   passeport   calendar   rupture   optimisme   dos   Freebox   souvenirs   cinéma   ambition   télévision   langue anglaise   geek   loose   brevets logiciels   Red Box   post-synchro   anniversaire   Le Mouv'   amphi   Matrix   célibat   scolarité   voyage   paroles   vacances   liberté   sida   travail   blogosphère   Erasmus   romance de vie   amour   bush   stage   humour   foot   retour d'expatriation   monotonie   grève   Paris   couple   coeur d'expatriation    exs 
<< suivants

Samedi 15 Mai

categories Moral solaire. [16h45] Moral solaire.

/images/happysun.gifRetard de projet et retour en France approchant, je me suis pour la première fois rendu sur mon lieu de stage un Samedi. Journée magnifique qui m'a tout de suite fait du bien au moral et m'a permis de recharger les batteries à plat depuis quelques jours. Pouf pouf.

Mon bureau se situe au coeur de la plus grande université d'Irlande. Quelques batiments austères mais beaucoup de modernité et surtout un lac artificiel en plein centre du campus, avec des vrais cygnes et des vrais canards. C'est con, mais ça a de l'effet sur moi, surtout lorsque le soleil est au rendez-vous. Coin coin.

En me baladant dans l'université pour ma pause déjeuner (exactement ici, le long du lac), j'ai réalisé que ce week-end tombait au beau milieu des deux semaines d'exams de fin d'année. Encore beaucoup de monde à la bibliothèque, mais certains profitent du soleil : Match de foot mixtant élèves et enseignants, farniente et potins allongés dans l'herbe, ou sieste à l'ombre d'un arbre. zZz zzZ.

Aujourd'hui j'ai pris mon billet retour pour la France. Mon aventure Erasmus prendra officiellement fin le 27 Juin 2004 à 12h25. Mais l'immense majorité des départs a lieu dans moins de 2 semaines maintenant. Je n'ai aucune idée de ce que ce mois de Juin me réserve, et c'est tant mieux. Poil au nez.

:: commentaires(2) ::
categories Combo. [15h58] Combo.

/images/pounkastree.pngElle a failli faire le calendar (elle se serait sans doute mieux débrouillée que moi, au vus de ces talents artistiques) et elle a même failli y poser nue. Au dernières nouvelles c'était un coeur à prendre mais dépêchez vous, y'en aura sans doute pas pour tout le monde.

Lui est un alcoolique belge, foncièrement européen et féministe. Il aurait pu prendre Gradina pour épouse, mais le destin en a voulu autrement. Désolé mesdemoiselles, son coeur à lui n'est plus à prendre.

Aujourd'hui, l'une fête ses 23 printemps, l'un ses 29 automnes.

Bon Anniversaire Astrée, Bon Anniversaire Pounk.

:: commentaire(0) ::

Vendredi 14 Mai

categories Geek Attitude [03h18] Geek Attitude

/images/angry.pngEn y réfléchissant, je n'éprouve de la haine que pour très peu de personnes en ce bas monde. Voir quasiment pas. J'ai du dégout pour beaucoup de comportements humains mais de la haine non.

J'ai évidemment plus d'affinités avec certains qu'avec d'autres, mais depuis quelques mois, quelques années, j'ai appris à ne pas juger trop vite. J'ai commis beaucoup trop d'erreurs de ce genre par le passé.

C'est pourquoi les jugements de valeurs que les gens se permettent via Internet me font rire :

"Ha non, elle je l'aime pas, je peux vraiment pas me l'encadrer. Je veux même pas la rencontrer !"

Mais que connais-tu vraiment d'elle ? Des posts sur un forum ? Des lignes sur IRC ? Un blog même ? Et alors ? Tu connais rien, tu connais juste une image, une façade, quelque chose qu'elle essaye maladroitement de renvoyer. Juste une mauvaise bande-annonce, un teaser raté.

Les réunions IRL des communautés virtuelles sont sans doute les meilleurs moyens de connaître d'avantage les gens, à partir du moment où on ne recrée pas les mêmes ambiances et les mêmes effets de groupe. Non juste, un comité restreint, un peu d'alcool, et beaucoup de conneries échangées.

Pour toutes ces raisons, ma rancune suite aux éventuels accrochages sur le net reste faible. Il est tellement facile, protégé derrière un pseudo, un clavier, de déblatérer des conneries sans fondement à son voisin virtuel parce qu'on est en train de passer une sale journée. Toute la frustration de ne pas pouvoir cracher cette agressivité gratuite droit dans les yeux, face à face, ressort alors lors du moindre accrochage en ligne. Facile, lâche, mais malheureusement humain.

Je n'ai aucune idée pourquoi je vous parle de ça ce soir, mais ça restera ma pensée du soir. De toute façon, c'était ça ou la LEN, alors vous plaignez pas ;)

:: commentaires(5) ::

Jeudi 13 Mai

categories "Friends" no more. [00h47] "Friends" no more.

/images/friends.png(Ce post est garanti sans spoiler ajouté)
Quelquefois on a envie de creuser un trou, se s'y blottir, d'y rester le temps que tout passe. Puis que quelqu'un vient nous réveiller doucement, plus tard, lorsque tout sera fini, lorsque tout ira mieux.

Mais ce n'est pas possible, non, il faut affronter la vie tous les jours, se lever, faire semblant.

On se crée alors ses substituts pour affronter ses obligations, ses bols d'air qui nous motivent. J'ai beaucoup de bols d'air autour de moi, l'un d'entre eux, c'est une petite pincée de bonne humeur, une simple série télé américaine, multi-milliardaire en terme de chiffre d'affaires, mais une série qui dure depuis 10 ans : "Friends". On dira ce qu'on voudra, on pourra essayer de cracher sur ce produit marketing, mais il y a du talent derrière ce scénario et derrière ces acteurs. Cette série me fait rire, et je ne l'ai pas lachée depuis qu'on me l'a fait découvrir un jour de printemps 1996... (Merci Arnaud)

Hier j'ai vu le dernier épisode de cette série. Le 234ème épisode, le 18ème de la 10ème saison. Je ne vous dirais rien vu que j'aurais sans doute haï à vie celui qui aurait pu gâcher ces derniers instants, mais la page est tournée. Reste les fou-rires en mémoire, des DVD dans les placards et une série qui restera définitivement culte.

Mais il faut maintenant me trouver un nouveau bol d'air, parce que j'en ai bien besoin en ce moment...

:: commentaires(5) ::

Mardi 11 Mai

categories Logo Reload. [17h53] Logo Reload.

/images/berne.pngDeux mois jour pour jour après la tragédie, le tréfle n'est plus en berne, mais la colère et la tristesse sont toujours là.

:: commentaire(0) ::

Lundi 10 Mai

categories La barrière invisible de la langue engourdie. [18h48] La barrière invisible de la langue engourdie.

/images/tongue.pngJe n'ai jamais été doué pour les langues étrangères, c'est le moins que l'on puisse dire. Surtout s'il on ajoute à cette non-prédisposition, l'adolescent orgueilleux que j'étais et qui a rapidement mis de la mauvaise volonté à apprendre cette anglais qui refusait de s'apprivoiser comme pouvait le faire les maths ou l'informatique.

Sur la fin de ma scolarité, j'ai tout de même compris qu'il fallait que j'arrête mes conneries, car la maitrise d'une langue étrangère, qui plus est l'anglais, était un plus non-négligeable pour la suite, voire carrément nécessaire. C'est dans cette optique que je suis arrivé ici en Septembre avec mon anglais de niveau collège. Les débuts ont été difficiles car j'étais sans doute l'Erasmus français à l'anglais le plus catastrophique.

Neuf mois plus tard, il est évident que tout va mieux, même si le terme "fluent" sur mon CV possède encore sa part de mensonge par subjectivité. Mais quelle richesse. Alors que je commence tout juste à franchir cette barrière de la langue et discuter avec d'avantage d'aisance, je me rend compte du formidable atout qu'est la maitrise d'une langue étrangère. Je reste béa d'admiration envers ces personnes maitrisant parfaitement plusieurs langues et pouvant passer de l'une à l'autre avec un naturel déconcertant. Comprendre les délires d'alcooliques des irlandais, leurs jeux de mots, leurs références; toucher du doigt les ressemblances et les différences avec son propre pays; parler à chacun dans sa langue maternelle; discuter avec celui qui vient d'un autre coin du globe, baignant dans une culture totalement différente, avec la même facilité que son voisin de palier, etc...

Mais ces richesses sont autant de drogues qui font que lorsqu'on commence à y goüter, des envies de tour du monde et de cours du soir de japonais commencent à germer dans votre esprit : Partez un an, et revenez avec d'avantage d'envies de voyages qu'une vie ne peut en contenir.

:: commentaires(6) ::
categories "Allez, on lui met une bonne note !" [02h55] "Allez, on lui met une bonne note !"

/images/jacquesmartin.jpgLorsque j'étais plus jeune, il m'arrivait de passer plusieurs fois par an des Dimanches-Jacques-Martin. Je les appelais ainsi car, vous l'aurez compris, l'ennui, la démotivation, l'absence de repas de famille ou d'amis avec qui trainer m'amenait irrésistiblement vers cette succession interminable de programmes du dit-auteur.

Après réflexion, c'était un peu réducteur, car mis à part "Ainsi font font font" et "L'école des fans", je ne regardais pas grand chose d'autres lors de ces après-midi dominicales (à part peut-être "La Une est à vous" pour voir Manimal et le Magicien, ou plus tard, Vidéo gag). Mais ça restait pour moi l'événement caractéristique de ces dimanches d'inactivité totale. Ce type de journées faisait naître en moi un malaise situé quelque part entre la déprime, la fatigue et la culpabilité de ne rien faire.

En caleçon, pas lavé, affalé devant la télé ou mon PC, à grignoter tout ce j'ai pu trouver dans mes placards afin d'éviter de me faire à manger, j'ai passé aujourd'hui mon premier Dimanche Jacques Martin Irlandais...

:: commentaire(1) ::

Mercredi 05 Mai

categories Port-Crouesty et Nono. [23h43] Port-Crouesty et Nono.

/images/feu_plage.pngL'air iodé de la côte irlandaise de ce week-end a fait ressurgir en moi une rafale de souvenirs.

De 1995 à 2000 j'ai passé 5 étés en Bretagne, sur la presqu'île de Ruys, à Port Crouesty. Petit port touristique, enclavé entre un port de plaisance et une plage immense, j'y ai laissé le meilleur de mon adolescence.

Les clubs d'ados où mes parents m'inscrivaient, me permettaient de tisser rapidement des liens avec une poignée de jeunes vacanciers nouvellement arrivés et déjà brûlés par le soleil. Puis, de jours en jours, la petite troupe s'agrandissait. Au fil des ans, on y retrouvait des visages, des amitiés.

Les après-midis se résumaient à un rendez-vous tardif au Magic-Rock, sur la place centrale. S'en suivaient quelques heures sur la plage, à la piscine ou étendus sur la pelouse à feuilleter FHM, à jouer aux cartes et au diabolo, ou à chanter autour des guitares apportées pour l'occasion.

Les soirées étaient plus arrosées, elles débutaient souvent par une halte à la soirée disco du village-vacances, où les parents en short et pull sur les épaules surveillaient leur progéniture tout en gardant un oeil méfiant sur les "grands" qui se secouaient un peu trop à leurs goûts. Puis on se dirigeait sur la plage, on creusait un trou, on regroupait quelques morceaux de bois pour faire un feu, on apportait bières, djembés et guitares, et on passait la soirée à refaire le monde.

La rangée de catamarans alignés plus loin, étaient autant de lits pour les couples éphémères tant les toiles tendues entre les flotteurs étaient confortables. La nuit se prolongeait ainsi, bercé par le bruit de la mer, le cliquetis des cordes sur les mâts et les étoiles, le tout aidé par l'alcool et l'insousciance de l'adolescence.

Lors de mon dernier séjour là-bas j'ai compris que j'approchais la fin d'une ére. Le lieu avait changé, les gens avaient vieilli, il ne fallait pas s'acharner. Je suis retourné une dernière fois sur la plage, j'ai ramassé un galet et je suis rentré chez moi, la mort dans l'âme mais conscient qu'il fallait passer à autre chose. Pourtant je n'oublierai jamais Aurélia, Ponpon, Phil', Jessyca, et tous les autres. Je sais que je ne revivrai jamais cette vie, mais c'est en partie cette vie qui m'a construit et sans laquelle je ne serais sans doute pas le même aujourd'hui.

:: commentaires(6) ::
categories Feedback. [15h10] Feedback.

/images/ireland.pngLe voyage a été à la hauteur des espérances. Riche en émotions et en sensations. En vrac : Du magnifique, des moutons, des ports, des plages, de l'espace, de la liberté, du magnifique encore, du vert, des paysages superbes, surtout lorsqu'ils font office de réveil-matin, du repos, du chateau, du soleil et de l'étrange.

Tout cela forme le nord de l'Irlande, et bien plus encore. Si vous êtes perdus, vous pouvez toujours aller voir ici, ça vous aidera...

De retour à Dublin, mon stage se termine, le stress monte. Du bon stress, celui qui m'a toujours permis de tout clôturer à temps, vu que je ne travaille que dans l'urgence. Espérons que ça sera encore le cas cette fois.

:: commentaires(2) ::

Samedi 01 Mai

categories Voyage surprise. [03h26] Voyage surprise.

/images/landscape.jpgUn des avantages de la vie à l'étranger c'est les jours fériés surprises. J'ai ainsi appris hier, que Lundi était férié en Irlande. Pas cons les Irlandais, c'est toujours le premier Lundi qui suit le 1er Mai qui compte, histoire d'être sûr d'avoir un week-end de 3 jours tous les ans.

Je pars donc vers, parait-il, le plus beau coin d'Irlande. Encore un voyage improvisé, encore certainement beaucoup de photos et de souvenirs.

A lundi.

:: commentaire(1) ::
précédents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
Page générée en 0.035 s s - 21 requêtes SQL (0.008 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1