Post-Eire
Blog
 bonheur   Madrid   musique   monotonie   post-synchro   Irak   futur   moment de vie   scolarité   tristesse   séduction   célibat   retour d'expatriation   geek   optimisme   passeport   souvenirs   constitution européenne   travail   Freebox   coeur d'expatriation   photos   femmes   romance de vie   fin de vie étudiante   parfum   foot   Le Mouv'   bush   Prague   bus   #echoes    exs   grève   Red Box   self control   télévision   dos   fin d'expatriation   rugby   cadeaux   alcool   mal du pays   écriture   sida   loose   sexe   Médias   préparation d'expatriation   politique   langue anglaise   Paris   liberté   Lyon   vacances   paroles   couple   cinéma   brevets logiciels   blogosphère   Noël   amphi   ambition   influence   amour   Matrix   calendar   Île de la réunion   soirée   rupture   enseignant   interview   stage   voyage   St Patrick   Blogs Lyonnais   europe   humour   nostalgie   Dublin   personnage   famille   The Darkness   Erasmus   anniversaire   Irlande   rapports humains   mon blog   8 décembre 
<< suivants

Mercredi 31 Mars

categories Beaucoup de bruit pour rien [16h34] Beaucoup de bruit pour rien

/images/pingpong.pngSi l'on se fie à la théorie seule, la gauche française socialiste est progressiste. Elle prend des risques, elle fait bouger les choses. A la différence de la droite, conservatrice, qui essaye de fixer les changements, de confirmer voir de revenir à certaines bonnes idées du passé.

En théorie, un ping-pong de ce genre pourrait très bien fonctionner. Tantôt la gauche qui expérimente des lois, des idées, fait des erreurs, mais aussi des innovations importantes. Tantôt la droite, qui ralentit le rythme pour stabiliser le tout, corrige certaines erreurs et confirme certaines bonnes directions.

Sur le plan financier aussi, le balancier fonctionne. La droite est libérale, elle engendre les bénéfices, libére la pression sur les entreprises, relance la machine économique, remplit les caisses de l'état, et augmente les inégalités sociales. La gauche dépense, intervient, recadre, taxe les entrepreneurs pour redistribuer aux lésés de la société.

C'est pour ces raisons que j'ai toujours dit que je n'étais sûr de rien politiquement. J'ai toujours été écoeuré par ceux qui supportent leur parti comme leur équipe de foot : "Je voterai toute ma vie à gauche/droite !". Ceux qui défilent dans la rue après la victoire de leur camp comme si tout allait changer, comme si leur équipe avait gagné le championnat.

Heureusement, ce n'est pas cette partie ultra fermée et bornée de l'électorat qui décide. Non, c'est justement ceux qui changent d'avis. Celui qui milite à gauche depuis des années, qui vote socialiste parce que ces parents étaient socialistes, qui n'a aucune objectivité dans ces discours, et qui crache sa mauvaise foi sur la télé dès qu'un homme politique de droite ouvre la bouche, ce type là, n'a aucun pouvoir. Rien. (Tout comme le fils à papa élevé dans le privé qui votera à droite toute sa vie pour conserver son status).

Non, ceux qui comptent, ce sont les indécis, ceux justement qui changent d'avis en fonction du contexte. Les noyaux durs de chaque parti sont des constantes négligeables. C'est la partie variable qui décide. A certains moment de son histoire la France aura certainement d'avantage besoin de la Droite que de la Gauche, et inversement.

Or que voit-on en ce moment ? Une gauche victorieuse mais inexistante politiquement. Une gauche qui ne survit que par le vote de contestation. Une droite obligée de faire des réformes nécessaires mais impopulaires que ses prédecesseurs ont ignorées. Une droite qui a réduit de plus de 1500 morts le nombre de tués sur la route en un an, rien qu'avec un impact médiatique fort. Une droite qui, pour la première fois depuis plus de 20 ans, ne montre pas du doigt les électeurs du Front National comme des parias ou des criminels, mais qui essaye de regarder de plus près le pourquoi de ce mal-être. Une France qui a su s'imposer sur le plan international et a su faire entendre sa voix dans le monde. Des bonnes réformes, comme la LEN, où une simple erreur de communication sur un seul article a suffit pour déclencher la polémique.

Et alors que la baisse temporaire des budgets de la recherche n'est qu'un détail de la politique du gouvernement amplifié par les médias, la désinformation et les chercheurs majoritairement socialistes, on entend parler de "Conservation des acquis" et de "Non aux réformes !". N'y a-t-il pas là un paradoxe pour des gens de gauche qui se veulent progressistes et réformateurs ?

Pour toutes ces raisons, je soutiens pour l'instant le gouvernement et la reconduite de Raffarin, car je ne veux pas laisser aux générations futures le poids de réformes d'autant plus lourdes à supporter.

:: commentaire(1) ::

Dimanche 28 Mars

categories Guillermito dans la tourmente [18h35] Guillermito dans la tourmente

Parce qu'une des seules armes contre l'injustice est l'information : Soutenez Guillermito.

:: commentaire(1) ::
categories Réveil dans une petite chambre universitaire, quelque part dans Dublin. [17h03] Réveil dans une petite chambre universitaire, quelque part dans Dublin.

/images/freedom.jpgProfiter de sa jeunesse. Profiter pour ne rien regretter. Voilà ce qu'on entend au gré des conversations d'Erasmus. "Profiter". Ce verbe est brandi tel une excuse toute trouvée à tous les excès.

Il peut être encore plus vrai pour ceux qui clôturent définitivement leur scolarité. Mais comment ne pas être tenté ? Comment ne pas être enivré par cette liberté qui s'offre à tous ceux qui ont décidé de tout quitter l'espace d'une année ? Une remise des compteurs à zéro : Débarquer dans une ville inconnue avec personne pour vous juger, personne pour connaitre votre passé. Tout à refaire, tout à gagner. Vous devenez le seul juge de votre vie, porté par vos envies, en oubliant tout.

Quelle ivresse, quelle tentation.

C'est vrai, c'est beau et je ne regrette rien.

Attention cependant à ne pas tirer un trait sur un passé, sur des gens restés là bas. Ceux qui vous connaissent, ceux qui vous aiment, peut-être aussi ceux qui vous jugent, mais ceux qui comptent. Ceux que j'aime.

Vous me manquez tous...

J-10.

:: commentaire(1) ::
categories Enormisime [06h55] Enormisime

/images/kilt2.jpgJe pourrais aller me coucher. Mais je pourrais aussi vous parler de ce réveil difficile, vers 12h ce matin. Je pourrais vous parler de cette heure de trajet pour manger les meilleurs bagels de la région. Je pourrais vous décrire ces écossais envahissant la ville avec leur kilt et leur cornemuse. Je pourrais vous parler de ce départ vers ce pub bondé de français venus supporter leur équipe. Je pourrais vous faire écouter cette folle ambiance, et cette victoire tonitruante. Je pourrais tenter de vous choquer avec ces kilts relevés, seule réponse à l'éternelle question posée à chaque écossais. Je pourrais vous faire saliver avec ce délicieux 'chili con carne' pourtant sans haricot et cuisiné sur un coin de table. Je pourrais aussi vous parler de ce "vrai" DJ, si loin de ces stars superficelles de la nuit, cachés dans leur cage de verre à 10 métres au dessus de la piste de dance.

Je pourrais vous dire tout cela et beaucoup d'autres choses, mais la vérité restera bien au delà de tout ce que vous pourrez imaginer...

:: commentaire(1) ::

Mercredi 24 Mars

categories Hontable et Lamenteux [17h20] Hontable et Lamenteux

/images/star.pngVoilà 6 mois que je suis ici. Six mois à vivre sur mon petit nuage, à ne rencontrer que des gens bien, à ne vivre que des choses extraodinaires. Bref tout roule, tout coule. Je n'aurais pas pu rêver mieux.

Oui, mais voilà. Le bonheur, ça rend con, c'est bien connu. C'est ainsi que béa de naïveté, le sourire constant imprimé sur ma gueule, j'errais dans les rues de Dublin, quand la dure réalité, créee par des gens cons, éduqués dès leur petite enfance pour pourrir la vie des gens heureux, vint me claquer à la figure.

En effet, tout heureux de la nouvelle ligne Dublin-Lyon directe, ouverte par Aer-Lingus, je m'étais empressé de prendre des billets pour rentrer en France une petite semaine entre Noël et l'été. Billets à des prix très attractifs, mais bien entendu, ni remboursables, ni échangeables. Cela va de soit.

Puis, toujours accompagné de ma grande copine la connerie naïve, je m'aperçois que mon passeport vint à expirer mi-Mars. Pas de bol, il va falloir que je passe à l'ambassade pour faire corriger tout ça. En en parlant un peu autour de moi, on m'apprend qu'il suffit de proroger le dit-passeport pour le ralonger de 6 mois. Un simple coup de tampon :

[Rires à l'autre bout du téléphone] - Houlà, mais non. Ca fait bien lontemps qu'on ne proroge plus les passeports. Faut vous en faire faire un nouveau jeune homme. C'est 8 semaines de délai.

Vlan. L'impensable m'arrive. Je me retrouve bloqué en Irlande sans aucune possibilité de rentrer chez moi avec mon passeport périmé et ma carte d'identité me représentant à l'âge de mes dix ans, la raie au milieu et le beau col de chemise 80's dépassant de mon pull étriqué (périmée aussi depuis 4 ans). Le tout avec des billets d'avion non remboursables pour le vol de la première heure le 19 Avril.

Alors OK, je veux bien, je suis fautif. Se retrouver à l'autre bout de l'Europe avec des papiers d'identité périmés c'est pas très malin. Mais merde quoi. Je suis en Europe. La fameuse Europe qu'on essaye de construire, et je veux juste rentrer chez moi. Rien de plus.

Bref, brutalement descendu de mon nuage, je suis en train de lutter à droite à gauche, envoyant des mails, gesticulant, courant de bus en bus pour remplir tous les papiers possibles et imaginables pour établir mon passeport dans les plus brefs délais. Mission Impossible il parait, mais je vais essayer de garder confiance en ma petite étoile...

:: commentaires(10) ::
categories p-s : Suite , à suivre et autres... [14h56] p-s : Suite , à suivre et autres...

post-Synchro est terminé. Les résultats sont en ligne. Mon texte a retrouvé sa place. Les résultats pour ce dernier sont ici. Les trackbacks pour ce texte sont , et

Le fil RSS du KKKP est désormais réparé aussi. Plus de blogs sans lien dorénavant.

Enfin nouvelles photos, donc celles de la st Patrick chez moi et ailleurs.

:: commentaire(0) ::

Jeudi 18 Mars

categories Facile mais trop tentant. [17h41] Facile mais trop tentant.

/images/perdu.jpgIl est à genoux. Il pleure. Il ne sait pas vraiment ce qu'il fait ici, il a longtemps hésité. Tout lui parait si irréaliste maintenant, si artificiel par rapport à ce qu'il a vécu.

Mais on l'a poussé. Oui. Pourtant, Dieu seul sait comme il n'est pas d'un caractère influençable. Ho non. Mais ses amis ont été si présents pendant ces dernières années, qu'il a décidé de leur faire confiance. A eux.

Il s'était pourtant promis de ne pas craquer, jusqu'au dernier moment il a cru qu'il pourrait tenir, mais à la minute où tout s'est éclairé il s'est effondré. Trop d'émotion, trop longtemps, tant de chemin parcouru depuis...

Tout ceci a remué tant de choses depuis ces dernières semaines. Tant de polémiques, tant de conneries proférées.

Il commence tout doucement à reprendre conscience de son environnement. Depuis combien de temps il est là, à genoux, il n'en sait rien. Au fur et à mesure que le vacarme ambiant l'envahit, il se dégoute. Il se voit glorifié de cette manière, valorisé alors qu'il sait qu'il ne le mérite pas. Il a envie de fuir, de partir se cacher, se terrer.

Il se retourne. Ils sont là, ils l'attendent, ils le regardent. Puis vint le déclic. Il s'oublie l'espace d'un instant. Il a payé sa dette maintenant, même s'il se dégoutera jusqu'à la fin de ses jours, sa thérapie c'est la musique. Sa vie c'est la musique.

Serge semble avoir compris, il commence. Denis le suit. Un frisson parcourt les 55 000 personnes du Stade de France...

:: commentaire(1) ::

Mercredi 17 Mars

categories St. Patrick [21h09] St. Patrick

Ca y est. On est en plein dedans. Tant attendu, elle est enfin là cette journée.

J'ai exactement 5 mins pour écrire un post avant de partir pour une nuit qui s'annonce longue.

Tout a commencé Samedi avec un feu d'artifice à en couper le souffle. Vous trouverez les photos chez mon compatriote photographe.

Hier, beaucoup de monde, des mini-jupes, des gens saouls, de la bière à flots, encore des gens saouls.

Puis aujourd'hui la parade, la ville en vert et orange, un temps magnifique, du monde, beaucoup de monde. De la biére encore, et encore beaucoup à venir.

Merci Dublin, et à bientôt sur ce même post qui est amené à être rapidement éditer, modifié, et enrichit de nombreuses photos !

:: commentaire(0) ::

Lundi 15 Mars

categories Dublin, Paris, Madrid [21h43] Dublin, Paris, Madrid

/images/europe_flag.jpgAu fil des mois ici, je me sens de plus en plus européen et de moins en moins français. Ho, j'aime La France, je suis fier de sa culture, respecteux de son histoire et je serais prêt à me battre pour défendre mon pays.

Cependant, si je devais obtenir demain la nationalité européenne au lieu de la nationalité française, tout en conservant mes origines et mes spécificités culturelles, je ne serais pas choqué. Etre un français européen comme peut l'être un breton français ne me révolterai pas le moins du monde.

Toutes les nationalités que j'ai croisées ici, la plupart européennes (mais pas seulement), m'ont fait prendre la mesure de toute ces ressemblances qui nous unient et de toutes ces différences qui nous enrichissent.

Les récents évenements, pour lesquels je n'ai pas de mots assez forts pour exprimer ma colère et ma tristesse, m'ont fait un peu plus réaliser tout cela : Je ne suis pas sûr que mes sentiments aient été différents si cela s'était produit à Paris ou Lyon, hormis l'angoisse que cela puisse toucher mes proches. Je me suis identifié à ces étudiants qui prenaient leur train tranquillement. Je le connais cet étudiant madrilène, j'en cotoye des dizaines ici, ça aurait pu être l'un d'entre eux, ça aurait pu être moi. Quelle différence ?

Heureusement, le début des festivités de la St Patrick me permettent de remettre mes oeillères et d'essayer de profiter de ma vie ici...

:: commentaire(1) ::

Mercredi 10 Mars

categories Fatigue. [13h40] Fatigue.

/images/nombril.jpg Je suis fatigué d'affronter les gens. Fatigué d'essayer de ménager les susceptibilités de chacun, et les égos débordants. Il est certain que mon propre égo et ma propre susceptibilité rentre en ligne de compte dans ce combat quotidien. Il est bien connu que les fortes personalités ont du mal avec les autres grandes gueules du même gabarit.

Il y a certainement un peu de cela. Les défauts des autres qui me mettent hors de moi sont sans doute ceux que je retrouve le plus ou que j'ai le plus retrouvé chez moi. Mais il n'empêche, je me suis souvent emporté, enervé; j'ai souvent explosé, secouant leurs quatre vérités sous le nez de ces gens aux paroles remplies de mépris et d'auto-suffisance, mais en vain. Ces gens ne changeront jamais. Leur recherche perpétuelle de valorisation et de reconnaissance ne s'éteindra pas. En tout cas surtout pas à la suite d'une discussion frontale comme j'ai déjà pu en avoir.

Quelques mois avant mon départ, j'ai essayé de me raisonner, d'accepter ces attitudes mieleuses cousues du fil de l'hypocrisie, ou de celui de l'egoïsme à peine camouflé. Loin de moi, l'idée d'essayer de porter le blason de l'honnêté en galopant sur le cheval blanc de l'altruisme. Le simple fait que je tienne un weblog et que je me lance dans certains projets communautaires statutaires vous pouveront le contraire. Je pense simplement qu'il y a une certaine limite dans la recherche de sa propre valorisation : celle de ne pas écraser les autres pour réussir. C'est peut-être utopique, ça fait sans doute sourire, mais ça fait partie de mes valeurs.

Mais le plus étrange, c'est que depuis que je suis là, loin de chez moi, à rencontrer des personnalités nouvelles, je n'ai jamais eu à rencontrer ce genre de problème. Plus de prise de tête, plus d'affrontement d'orgueils susceptibles. Non. Juste des gens qui s'ouvrent, qui se racontent et qui ne jugent pas. Mon Dieu que c'est reposant et enrichissant. C'est sans doute un des facteurs qui transforment ce genre d'année Erasmus en petits instants de bonheur.

:: commentaire(1) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
Page gnre en 0.302 s s - 21 requtes SQL (0.152 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1